Shot de philo #11 : l'art cover
Shot de philo #11 : l'art cover
Shots de Philo

Shot de philo #11 : l'art

Shot de philo #11 : l'art

04min |09/06/2021|

102070

Play
Shot de philo #11 : l'art cover
Shot de philo #11 : l'art cover
Shots de Philo

Shot de philo #11 : l'art

Shot de philo #11 : l'art

04min |09/06/2021|

102070

Play

Description

Bienvenue dans notre onzième shot de philo. En moins de 5 minutes, nous allons te donner les clés d'une notion-clé du programme : l'art. L’art doit-il rechercher le beau ? L'art doit-il plaire à tout le monde ? L’art a-t-il une fonction ? 

→ Si la beauté de l’art peut être subjective...

Hume : pas de consensus sur la beauté de l'art, le beau = sentiment subjectif

→ ...cependant, il existe des oeuvres d’art que tout le monde trouve belles...

Kant : distinction entre l'agréable et le beau ⇒ l'agréable = individuel, le beau = universel et objectif

→ ...dès lors, dépassement du parallèlisme entre art et beau.

Marcel Duchamp : l'art ne se limite pas au beau

Pierre Bourdieu : l'appréciation artistique est déterminée socialement


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans le Shot de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania, et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous !

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de philo en traitant une des notions de programme en 5 minutes chrono. C'est parti !

  • Speaker #1

    Aujourd'hui, on va aborder le thème de l'art.

  • Speaker #0

    Durant la crise sanitaire, nous avons vu que les lieux d'art, comme les musées ou les salles de spectacle, ont été considérés comme non essentiels. Or, certains d'entre eux ont été occupés, comme l'Odéon à Paris, pour protester contre cette classification. Selon les manifestants, le gouvernement ne comprendrait pas l'importance de l'art. Mais quel est exactement le rôle de l'art ?

  • Speaker #1

    Alors l'art, chez les Grecs, c'est d'abord l'opposé de la nature. De fait, l'art est avant tout une création humaine. Par ailleurs, le beau, un terme complémentaire, peut être défini de deux manières, soit comme étant une caractéristique objective d'un objet, soit à travers le sentiment de plaisir que cet objet procure à un observateur. L'art, c'est aussi la recherche du beau à travers la technique, mais nous verrons que cette définition est remise en cause. Donc les principales tensions au sein de ce sujet pour le bac sont donc le lien entre art, beauté et plaisir. Donc voilà, l'art doit-il rechercher le beau ? L'art doit-il plaire à tout le monde ? Mais aussi entre art et utilité, l'art a-t-il une fonction ? Est-il non essentiel ?

  • Speaker #0

    Nous étudierons d'abord la définition classique de l'art, un art qui tend vers le beau. Dans ce cadre, nous pourrions penser que la beauté de l'art est subjective, c'est-à-dire qu'elle dépend de chacun. C'est ce qu'avance Hume, qui dit que la beauté n'est pas une qualité inhérente aux choses, Chaque âme voit une beauté différente.

  • Speaker #1

    Donc en gros, si je suis dans un musée avec toi, nous pouvons être devant la même œuvre et pourtant nous ressentirons des choses très différentes. Je peux trouver une œuvre magnifique et toi il deux ?

  • Speaker #0

    Selon Hume, oui. Et dans ce cas, la beauté n'est pas quelque chose de figé, de jugeable par des critères, mais quelque chose de basé sur l'émotion, les sentiments d'une personne, mais aussi sa culture. Il n'y a donc pas de vérité concernant la beauté de l'art. Et de ce fait, la recherche de la beauté lorsqu'on fabrique un objet d'art ne sert à rien.

  • Speaker #1

    Mais est-ce qu'il n'y aurait pas quand même des œuvres qui se détachent des autres, Pour prendre deux extrêmes, on ne peut pas mettre Wejden et Mozart sur le même plan, non ?

  • Speaker #0

    En tout cas, c'est la thèse de Kant, qui a connu Mozart, mais pas Wejden. Dans son ouvrage Critique de la faculté de juger, à vraiment retenir pour le bac, Kant fait en effet une distinction fondamentale entre l'agréable et le beau. L'agréable, on peut en débattre, c'est Wejden. C'est une question de goût, de caprice personnelle. Le beau, on ne peut pas en débattre. Mozart, c'est universel. Tout le monde apprécie Mozart. Pour lui, je cite, le beau, c'est ce qui plaît universellement, sans concept. Ce qui distingue l'agréable et le beau, c'est aussi le génie de l'artiste. Selon Kant, chaque œuvre a en elle une part de génie, une part de beauté unique. Si l'artisan applique un concept, il fait des chaises à la chaîne par exemple, l'artiste lui crée quelque chose de nouveau, d'inédit, de beau. En ce sens, l'art n'a rien à voir avec une utilité définie, une fonction comme l'aurait une chaise. Ce sont des objets à part. Hegel, dans son œuvre esthétique, nous dit que contempler de l'art, c'est finalement contempler la beauté de l'esprit humain.

  • Speaker #1

    Ok, donc chez Hume, le beau est un sentiment subjectif que quelqu'un a face à une œuvre, alors que chez Kant, c'est une caractéristique objective et universelle. Mais cependant, ces théories présupposent que l'art recherche le beau, ou du moins qu'il y a de forts liens entre art et beauté. Mais ne pourrions-nous pas penser l'art indépendamment de la beauté ?

  • Speaker #0

    C'est justement ce que propose l'art contemporain. L'art ne recherche plus uniquement la beauté, mais peut aussi chercher à interpeller, à choquer, à faire comprendre des phénomènes sociaux. Un des exemples les plus marquants concerne l'œuvre de Marcel Duchamp, La Fontaine, qui est simplement un urinoir renversé.

  • Speaker #1

    C'est n'importe quoi, pourquoi contempler un urinoir dans un musée, ça n'a aucun intérêt.

  • Speaker #0

    Ok, mais Marcel Duchamp ne demande pas à ce qu'on admire son œuvre dans un musée avec un grand waouh Ses œuvres sont là pour interpeller, sur le rôle de l'art justement. Il appelle ce type d'œuvres les ready-made Dans le même registre, cela peut nous faire penser à l'œuvre carré blanc sur fond blanc, Et d'autres monochromes de Malevich. Ce peintre russe veut toucher les limites de l'art. Ainsi, l'art est constamment en train de changer. Et il est vrai que cet art n'est pas accessible à tous. C'est ce qu'avance Bourdieu, qui dit que l'appréciation de l'art dépend d'une éducation, et est donc spécifique à une classe sociale.

  • Speaker #1

    Ok, donc pour résumer, si la beauté dans l'art peut être considérée comme un sentiment subjectif,

  • Speaker #0

    ça, c'est hume.

  • Speaker #1

    Cependant, d'autres pensent que certaines œuvres sont universellement belles, la beauté est une caractéristique de l'œuvre,

  • Speaker #0

    ça, c'est quente.

  • Speaker #1

    Dès lors, nous pouvons penser l'art. Indépendamment de la recherche du beau, c'est l'art contemporain qui cherche à choquer et interpeller son spectateur.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Duchamp.

  • Speaker #1

    Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. N'hésitez pas à partager ce podcast avec vos amis qui sont en train de réviser. N'oubliez pas de faire un tour sur notre Instagram, atSciencePiste, pour enregistrer la mini-fiche de synthèse associée à ce podcast. Et à vous abonner !

Description

Bienvenue dans notre onzième shot de philo. En moins de 5 minutes, nous allons te donner les clés d'une notion-clé du programme : l'art. L’art doit-il rechercher le beau ? L'art doit-il plaire à tout le monde ? L’art a-t-il une fonction ? 

→ Si la beauté de l’art peut être subjective...

Hume : pas de consensus sur la beauté de l'art, le beau = sentiment subjectif

→ ...cependant, il existe des oeuvres d’art que tout le monde trouve belles...

Kant : distinction entre l'agréable et le beau ⇒ l'agréable = individuel, le beau = universel et objectif

→ ...dès lors, dépassement du parallèlisme entre art et beau.

Marcel Duchamp : l'art ne se limite pas au beau

Pierre Bourdieu : l'appréciation artistique est déterminée socialement


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans le Shot de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania, et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous !

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de philo en traitant une des notions de programme en 5 minutes chrono. C'est parti !

  • Speaker #1

    Aujourd'hui, on va aborder le thème de l'art.

  • Speaker #0

    Durant la crise sanitaire, nous avons vu que les lieux d'art, comme les musées ou les salles de spectacle, ont été considérés comme non essentiels. Or, certains d'entre eux ont été occupés, comme l'Odéon à Paris, pour protester contre cette classification. Selon les manifestants, le gouvernement ne comprendrait pas l'importance de l'art. Mais quel est exactement le rôle de l'art ?

  • Speaker #1

    Alors l'art, chez les Grecs, c'est d'abord l'opposé de la nature. De fait, l'art est avant tout une création humaine. Par ailleurs, le beau, un terme complémentaire, peut être défini de deux manières, soit comme étant une caractéristique objective d'un objet, soit à travers le sentiment de plaisir que cet objet procure à un observateur. L'art, c'est aussi la recherche du beau à travers la technique, mais nous verrons que cette définition est remise en cause. Donc les principales tensions au sein de ce sujet pour le bac sont donc le lien entre art, beauté et plaisir. Donc voilà, l'art doit-il rechercher le beau ? L'art doit-il plaire à tout le monde ? Mais aussi entre art et utilité, l'art a-t-il une fonction ? Est-il non essentiel ?

  • Speaker #0

    Nous étudierons d'abord la définition classique de l'art, un art qui tend vers le beau. Dans ce cadre, nous pourrions penser que la beauté de l'art est subjective, c'est-à-dire qu'elle dépend de chacun. C'est ce qu'avance Hume, qui dit que la beauté n'est pas une qualité inhérente aux choses, Chaque âme voit une beauté différente.

  • Speaker #1

    Donc en gros, si je suis dans un musée avec toi, nous pouvons être devant la même œuvre et pourtant nous ressentirons des choses très différentes. Je peux trouver une œuvre magnifique et toi il deux ?

  • Speaker #0

    Selon Hume, oui. Et dans ce cas, la beauté n'est pas quelque chose de figé, de jugeable par des critères, mais quelque chose de basé sur l'émotion, les sentiments d'une personne, mais aussi sa culture. Il n'y a donc pas de vérité concernant la beauté de l'art. Et de ce fait, la recherche de la beauté lorsqu'on fabrique un objet d'art ne sert à rien.

  • Speaker #1

    Mais est-ce qu'il n'y aurait pas quand même des œuvres qui se détachent des autres, Pour prendre deux extrêmes, on ne peut pas mettre Wejden et Mozart sur le même plan, non ?

  • Speaker #0

    En tout cas, c'est la thèse de Kant, qui a connu Mozart, mais pas Wejden. Dans son ouvrage Critique de la faculté de juger, à vraiment retenir pour le bac, Kant fait en effet une distinction fondamentale entre l'agréable et le beau. L'agréable, on peut en débattre, c'est Wejden. C'est une question de goût, de caprice personnelle. Le beau, on ne peut pas en débattre. Mozart, c'est universel. Tout le monde apprécie Mozart. Pour lui, je cite, le beau, c'est ce qui plaît universellement, sans concept. Ce qui distingue l'agréable et le beau, c'est aussi le génie de l'artiste. Selon Kant, chaque œuvre a en elle une part de génie, une part de beauté unique. Si l'artisan applique un concept, il fait des chaises à la chaîne par exemple, l'artiste lui crée quelque chose de nouveau, d'inédit, de beau. En ce sens, l'art n'a rien à voir avec une utilité définie, une fonction comme l'aurait une chaise. Ce sont des objets à part. Hegel, dans son œuvre esthétique, nous dit que contempler de l'art, c'est finalement contempler la beauté de l'esprit humain.

  • Speaker #1

    Ok, donc chez Hume, le beau est un sentiment subjectif que quelqu'un a face à une œuvre, alors que chez Kant, c'est une caractéristique objective et universelle. Mais cependant, ces théories présupposent que l'art recherche le beau, ou du moins qu'il y a de forts liens entre art et beauté. Mais ne pourrions-nous pas penser l'art indépendamment de la beauté ?

  • Speaker #0

    C'est justement ce que propose l'art contemporain. L'art ne recherche plus uniquement la beauté, mais peut aussi chercher à interpeller, à choquer, à faire comprendre des phénomènes sociaux. Un des exemples les plus marquants concerne l'œuvre de Marcel Duchamp, La Fontaine, qui est simplement un urinoir renversé.

  • Speaker #1

    C'est n'importe quoi, pourquoi contempler un urinoir dans un musée, ça n'a aucun intérêt.

  • Speaker #0

    Ok, mais Marcel Duchamp ne demande pas à ce qu'on admire son œuvre dans un musée avec un grand waouh Ses œuvres sont là pour interpeller, sur le rôle de l'art justement. Il appelle ce type d'œuvres les ready-made Dans le même registre, cela peut nous faire penser à l'œuvre carré blanc sur fond blanc, Et d'autres monochromes de Malevich. Ce peintre russe veut toucher les limites de l'art. Ainsi, l'art est constamment en train de changer. Et il est vrai que cet art n'est pas accessible à tous. C'est ce qu'avance Bourdieu, qui dit que l'appréciation de l'art dépend d'une éducation, et est donc spécifique à une classe sociale.

  • Speaker #1

    Ok, donc pour résumer, si la beauté dans l'art peut être considérée comme un sentiment subjectif,

  • Speaker #0

    ça, c'est hume.

  • Speaker #1

    Cependant, d'autres pensent que certaines œuvres sont universellement belles, la beauté est une caractéristique de l'œuvre,

  • Speaker #0

    ça, c'est quente.

  • Speaker #1

    Dès lors, nous pouvons penser l'art. Indépendamment de la recherche du beau, c'est l'art contemporain qui cherche à choquer et interpeller son spectateur.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Duchamp.

  • Speaker #1

    Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. N'hésitez pas à partager ce podcast avec vos amis qui sont en train de réviser. N'oubliez pas de faire un tour sur notre Instagram, atSciencePiste, pour enregistrer la mini-fiche de synthèse associée à ce podcast. Et à vous abonner !

Share

Embed

You may also like

Description

Bienvenue dans notre onzième shot de philo. En moins de 5 minutes, nous allons te donner les clés d'une notion-clé du programme : l'art. L’art doit-il rechercher le beau ? L'art doit-il plaire à tout le monde ? L’art a-t-il une fonction ? 

→ Si la beauté de l’art peut être subjective...

Hume : pas de consensus sur la beauté de l'art, le beau = sentiment subjectif

→ ...cependant, il existe des oeuvres d’art que tout le monde trouve belles...

Kant : distinction entre l'agréable et le beau ⇒ l'agréable = individuel, le beau = universel et objectif

→ ...dès lors, dépassement du parallèlisme entre art et beau.

Marcel Duchamp : l'art ne se limite pas au beau

Pierre Bourdieu : l'appréciation artistique est déterminée socialement


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans le Shot de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania, et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous !

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de philo en traitant une des notions de programme en 5 minutes chrono. C'est parti !

  • Speaker #1

    Aujourd'hui, on va aborder le thème de l'art.

  • Speaker #0

    Durant la crise sanitaire, nous avons vu que les lieux d'art, comme les musées ou les salles de spectacle, ont été considérés comme non essentiels. Or, certains d'entre eux ont été occupés, comme l'Odéon à Paris, pour protester contre cette classification. Selon les manifestants, le gouvernement ne comprendrait pas l'importance de l'art. Mais quel est exactement le rôle de l'art ?

  • Speaker #1

    Alors l'art, chez les Grecs, c'est d'abord l'opposé de la nature. De fait, l'art est avant tout une création humaine. Par ailleurs, le beau, un terme complémentaire, peut être défini de deux manières, soit comme étant une caractéristique objective d'un objet, soit à travers le sentiment de plaisir que cet objet procure à un observateur. L'art, c'est aussi la recherche du beau à travers la technique, mais nous verrons que cette définition est remise en cause. Donc les principales tensions au sein de ce sujet pour le bac sont donc le lien entre art, beauté et plaisir. Donc voilà, l'art doit-il rechercher le beau ? L'art doit-il plaire à tout le monde ? Mais aussi entre art et utilité, l'art a-t-il une fonction ? Est-il non essentiel ?

  • Speaker #0

    Nous étudierons d'abord la définition classique de l'art, un art qui tend vers le beau. Dans ce cadre, nous pourrions penser que la beauté de l'art est subjective, c'est-à-dire qu'elle dépend de chacun. C'est ce qu'avance Hume, qui dit que la beauté n'est pas une qualité inhérente aux choses, Chaque âme voit une beauté différente.

  • Speaker #1

    Donc en gros, si je suis dans un musée avec toi, nous pouvons être devant la même œuvre et pourtant nous ressentirons des choses très différentes. Je peux trouver une œuvre magnifique et toi il deux ?

  • Speaker #0

    Selon Hume, oui. Et dans ce cas, la beauté n'est pas quelque chose de figé, de jugeable par des critères, mais quelque chose de basé sur l'émotion, les sentiments d'une personne, mais aussi sa culture. Il n'y a donc pas de vérité concernant la beauté de l'art. Et de ce fait, la recherche de la beauté lorsqu'on fabrique un objet d'art ne sert à rien.

  • Speaker #1

    Mais est-ce qu'il n'y aurait pas quand même des œuvres qui se détachent des autres, Pour prendre deux extrêmes, on ne peut pas mettre Wejden et Mozart sur le même plan, non ?

  • Speaker #0

    En tout cas, c'est la thèse de Kant, qui a connu Mozart, mais pas Wejden. Dans son ouvrage Critique de la faculté de juger, à vraiment retenir pour le bac, Kant fait en effet une distinction fondamentale entre l'agréable et le beau. L'agréable, on peut en débattre, c'est Wejden. C'est une question de goût, de caprice personnelle. Le beau, on ne peut pas en débattre. Mozart, c'est universel. Tout le monde apprécie Mozart. Pour lui, je cite, le beau, c'est ce qui plaît universellement, sans concept. Ce qui distingue l'agréable et le beau, c'est aussi le génie de l'artiste. Selon Kant, chaque œuvre a en elle une part de génie, une part de beauté unique. Si l'artisan applique un concept, il fait des chaises à la chaîne par exemple, l'artiste lui crée quelque chose de nouveau, d'inédit, de beau. En ce sens, l'art n'a rien à voir avec une utilité définie, une fonction comme l'aurait une chaise. Ce sont des objets à part. Hegel, dans son œuvre esthétique, nous dit que contempler de l'art, c'est finalement contempler la beauté de l'esprit humain.

  • Speaker #1

    Ok, donc chez Hume, le beau est un sentiment subjectif que quelqu'un a face à une œuvre, alors que chez Kant, c'est une caractéristique objective et universelle. Mais cependant, ces théories présupposent que l'art recherche le beau, ou du moins qu'il y a de forts liens entre art et beauté. Mais ne pourrions-nous pas penser l'art indépendamment de la beauté ?

  • Speaker #0

    C'est justement ce que propose l'art contemporain. L'art ne recherche plus uniquement la beauté, mais peut aussi chercher à interpeller, à choquer, à faire comprendre des phénomènes sociaux. Un des exemples les plus marquants concerne l'œuvre de Marcel Duchamp, La Fontaine, qui est simplement un urinoir renversé.

  • Speaker #1

    C'est n'importe quoi, pourquoi contempler un urinoir dans un musée, ça n'a aucun intérêt.

  • Speaker #0

    Ok, mais Marcel Duchamp ne demande pas à ce qu'on admire son œuvre dans un musée avec un grand waouh Ses œuvres sont là pour interpeller, sur le rôle de l'art justement. Il appelle ce type d'œuvres les ready-made Dans le même registre, cela peut nous faire penser à l'œuvre carré blanc sur fond blanc, Et d'autres monochromes de Malevich. Ce peintre russe veut toucher les limites de l'art. Ainsi, l'art est constamment en train de changer. Et il est vrai que cet art n'est pas accessible à tous. C'est ce qu'avance Bourdieu, qui dit que l'appréciation de l'art dépend d'une éducation, et est donc spécifique à une classe sociale.

  • Speaker #1

    Ok, donc pour résumer, si la beauté dans l'art peut être considérée comme un sentiment subjectif,

  • Speaker #0

    ça, c'est hume.

  • Speaker #1

    Cependant, d'autres pensent que certaines œuvres sont universellement belles, la beauté est une caractéristique de l'œuvre,

  • Speaker #0

    ça, c'est quente.

  • Speaker #1

    Dès lors, nous pouvons penser l'art. Indépendamment de la recherche du beau, c'est l'art contemporain qui cherche à choquer et interpeller son spectateur.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Duchamp.

  • Speaker #1

    Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. N'hésitez pas à partager ce podcast avec vos amis qui sont en train de réviser. N'oubliez pas de faire un tour sur notre Instagram, atSciencePiste, pour enregistrer la mini-fiche de synthèse associée à ce podcast. Et à vous abonner !

Description

Bienvenue dans notre onzième shot de philo. En moins de 5 minutes, nous allons te donner les clés d'une notion-clé du programme : l'art. L’art doit-il rechercher le beau ? L'art doit-il plaire à tout le monde ? L’art a-t-il une fonction ? 

→ Si la beauté de l’art peut être subjective...

Hume : pas de consensus sur la beauté de l'art, le beau = sentiment subjectif

→ ...cependant, il existe des oeuvres d’art que tout le monde trouve belles...

Kant : distinction entre l'agréable et le beau ⇒ l'agréable = individuel, le beau = universel et objectif

→ ...dès lors, dépassement du parallèlisme entre art et beau.

Marcel Duchamp : l'art ne se limite pas au beau

Pierre Bourdieu : l'appréciation artistique est déterminée socialement


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans le Shot de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania, et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous !

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de philo en traitant une des notions de programme en 5 minutes chrono. C'est parti !

  • Speaker #1

    Aujourd'hui, on va aborder le thème de l'art.

  • Speaker #0

    Durant la crise sanitaire, nous avons vu que les lieux d'art, comme les musées ou les salles de spectacle, ont été considérés comme non essentiels. Or, certains d'entre eux ont été occupés, comme l'Odéon à Paris, pour protester contre cette classification. Selon les manifestants, le gouvernement ne comprendrait pas l'importance de l'art. Mais quel est exactement le rôle de l'art ?

  • Speaker #1

    Alors l'art, chez les Grecs, c'est d'abord l'opposé de la nature. De fait, l'art est avant tout une création humaine. Par ailleurs, le beau, un terme complémentaire, peut être défini de deux manières, soit comme étant une caractéristique objective d'un objet, soit à travers le sentiment de plaisir que cet objet procure à un observateur. L'art, c'est aussi la recherche du beau à travers la technique, mais nous verrons que cette définition est remise en cause. Donc les principales tensions au sein de ce sujet pour le bac sont donc le lien entre art, beauté et plaisir. Donc voilà, l'art doit-il rechercher le beau ? L'art doit-il plaire à tout le monde ? Mais aussi entre art et utilité, l'art a-t-il une fonction ? Est-il non essentiel ?

  • Speaker #0

    Nous étudierons d'abord la définition classique de l'art, un art qui tend vers le beau. Dans ce cadre, nous pourrions penser que la beauté de l'art est subjective, c'est-à-dire qu'elle dépend de chacun. C'est ce qu'avance Hume, qui dit que la beauté n'est pas une qualité inhérente aux choses, Chaque âme voit une beauté différente.

  • Speaker #1

    Donc en gros, si je suis dans un musée avec toi, nous pouvons être devant la même œuvre et pourtant nous ressentirons des choses très différentes. Je peux trouver une œuvre magnifique et toi il deux ?

  • Speaker #0

    Selon Hume, oui. Et dans ce cas, la beauté n'est pas quelque chose de figé, de jugeable par des critères, mais quelque chose de basé sur l'émotion, les sentiments d'une personne, mais aussi sa culture. Il n'y a donc pas de vérité concernant la beauté de l'art. Et de ce fait, la recherche de la beauté lorsqu'on fabrique un objet d'art ne sert à rien.

  • Speaker #1

    Mais est-ce qu'il n'y aurait pas quand même des œuvres qui se détachent des autres, Pour prendre deux extrêmes, on ne peut pas mettre Wejden et Mozart sur le même plan, non ?

  • Speaker #0

    En tout cas, c'est la thèse de Kant, qui a connu Mozart, mais pas Wejden. Dans son ouvrage Critique de la faculté de juger, à vraiment retenir pour le bac, Kant fait en effet une distinction fondamentale entre l'agréable et le beau. L'agréable, on peut en débattre, c'est Wejden. C'est une question de goût, de caprice personnelle. Le beau, on ne peut pas en débattre. Mozart, c'est universel. Tout le monde apprécie Mozart. Pour lui, je cite, le beau, c'est ce qui plaît universellement, sans concept. Ce qui distingue l'agréable et le beau, c'est aussi le génie de l'artiste. Selon Kant, chaque œuvre a en elle une part de génie, une part de beauté unique. Si l'artisan applique un concept, il fait des chaises à la chaîne par exemple, l'artiste lui crée quelque chose de nouveau, d'inédit, de beau. En ce sens, l'art n'a rien à voir avec une utilité définie, une fonction comme l'aurait une chaise. Ce sont des objets à part. Hegel, dans son œuvre esthétique, nous dit que contempler de l'art, c'est finalement contempler la beauté de l'esprit humain.

  • Speaker #1

    Ok, donc chez Hume, le beau est un sentiment subjectif que quelqu'un a face à une œuvre, alors que chez Kant, c'est une caractéristique objective et universelle. Mais cependant, ces théories présupposent que l'art recherche le beau, ou du moins qu'il y a de forts liens entre art et beauté. Mais ne pourrions-nous pas penser l'art indépendamment de la beauté ?

  • Speaker #0

    C'est justement ce que propose l'art contemporain. L'art ne recherche plus uniquement la beauté, mais peut aussi chercher à interpeller, à choquer, à faire comprendre des phénomènes sociaux. Un des exemples les plus marquants concerne l'œuvre de Marcel Duchamp, La Fontaine, qui est simplement un urinoir renversé.

  • Speaker #1

    C'est n'importe quoi, pourquoi contempler un urinoir dans un musée, ça n'a aucun intérêt.

  • Speaker #0

    Ok, mais Marcel Duchamp ne demande pas à ce qu'on admire son œuvre dans un musée avec un grand waouh Ses œuvres sont là pour interpeller, sur le rôle de l'art justement. Il appelle ce type d'œuvres les ready-made Dans le même registre, cela peut nous faire penser à l'œuvre carré blanc sur fond blanc, Et d'autres monochromes de Malevich. Ce peintre russe veut toucher les limites de l'art. Ainsi, l'art est constamment en train de changer. Et il est vrai que cet art n'est pas accessible à tous. C'est ce qu'avance Bourdieu, qui dit que l'appréciation de l'art dépend d'une éducation, et est donc spécifique à une classe sociale.

  • Speaker #1

    Ok, donc pour résumer, si la beauté dans l'art peut être considérée comme un sentiment subjectif,

  • Speaker #0

    ça, c'est hume.

  • Speaker #1

    Cependant, d'autres pensent que certaines œuvres sont universellement belles, la beauté est une caractéristique de l'œuvre,

  • Speaker #0

    ça, c'est quente.

  • Speaker #1

    Dès lors, nous pouvons penser l'art. Indépendamment de la recherche du beau, c'est l'art contemporain qui cherche à choquer et interpeller son spectateur.

  • Speaker #0

    Ça, c'est Duchamp.

  • Speaker #1

    Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. N'hésitez pas à partager ce podcast avec vos amis qui sont en train de réviser. N'oubliez pas de faire un tour sur notre Instagram, atSciencePiste, pour enregistrer la mini-fiche de synthèse associée à ce podcast. Et à vous abonner !

Share

Embed

You may also like