Shot de philo #9 : l'État cover
Shot de philo #9 : l'État cover
Shots de Philo

Shot de philo #9 : l'État

Shot de philo #9 : l'État

04min |08/06/2021|

84941

Play
Shot de philo #9 : l'État cover
Shot de philo #9 : l'État cover
Shots de Philo

Shot de philo #9 : l'État

Shot de philo #9 : l'État

04min |08/06/2021|

84941

Play

Description

Bienvenue dans notre neuvième shot de philo. En moins de 5 minutes, nous allons te donner les clés d'une notion centrale du programme : l'État (particulièrement appréciée par les étudiants à Sciences Po). Quel rôle de l'État peut-on déduire de la nature de l’homme ?

→ Si des hommes mauvais par nature justifient un État absolutiste pour les protéger...

Hobbes : "l'état de nature" est "une guerre de tous contre tous"

→ ...cependant, une vision plus optimiste des hommes justifie un État libéral...

Locke : un "état de nature" tempéré appelle un État modéré qui préserve les "privilèges naturels"

→ ...dès lors, si les hommes sont capables de s'autogérer, nous pouvons dépasser la nécessité même de l'État

Bakounine : "l'état de nature" est une situation où les hommes peuvent s'autogérer

Proudhon : "le gouvernement de l'homme par l'homme, sous quelque nom qu'il se déguise, est oppression"

Marx : l'état organise la domination des travailleurs et doit donc être abattu


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans le Shot de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania, et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous !

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de philo en traitant une des notions de programme en 5 minutes chrono. C'est parti ! Aujourd'hui, nous allons aborder le thème de l'État.

  • Speaker #1

    En France, dès lors qu'on a une carte vitale, la santé est un droit. L'État le prend en charge. Au contraire, aux États-Unis, il est de la responsabilité de chacun d'épargner dans le cas où on tomberait malade. Ces deux visions de la santé reflètent deux visions différentes de l'État, une vision d'un État très présent et une vision d'un État qui s'efface, ce que nous allons explorer dans ce podcast.

  • Speaker #0

    Aristote dit que l'homme est un animal politique. Citation à retenir. Comme nous l'avons vu dans le podcast sur la liberté, Il entend par cela que les hommes sont des êtres sociaux, obligés de s'organiser collectivement pour pouvoir coexister. Le rôle de l'État est justement de répondre à ce besoin. Il peut être défini comme étant l'ensemble des institutions qui structurent l'organisation politique d'un pays. Au bac, on va donc vous demander d'expliquer quelles sont les différentes visions de l'État. Pour reprendre notre exemple, l'État doit-il être plutôt minimal comme aux États-Unis, ou alors protecteur comme en France ? Nous verrons que ces visions de l'État se basent sur différentes conceptions de l'homme à l'État de nature, donc la manière dont les hommes vivent sans État, préhistoriquement disons. Nous nous demanderons aussi quel rôle de l'État peut-on déduire de la nature de l'homme.

  • Speaker #1

    Premièrement, Hobbes, vraiment philosophe incontournable pour cette notion, décrit l'homme comme étant brutal et dangereux. Et c'est cette conception pessimiste de l'homme qui justifie un état puissant et maximaliste. En fait, dans la description qu'il fait de l'état de nature, il dépeint un paysage vraiment chaotique, dans lequel il y a une guerre de tous contre tous. En fait, selon lui, l'homme est par essence animé par un désir de puissance et de domination, qui fait que l'homme est un loup pour l'homme. Alors, il dit que le premier rôle de l'état est de répondre. a ce besoin de sécurité qui est énorme. Cet état de nature est si grave, nous dit Hobbes, qu'il faut que l'État soit très efficace. Il recommande ainsi un État puissant et sans limites, qui soit monarchique pour éviter trop de discussions, et qui a tous les droits sur ses sujets. C'est l'absolutisme. Deng Xiaoping dira d'ailleurs qu'importe 20 000 morts si on obtient 20 ans de calme.

  • Speaker #0

    Je vois, mais ce sont ces mêmes thèses d'un pouvoir politique absolu et ne laissant pas de place à la pluralité qui ont produit au XXe siècle les expériences de ce que Hannah Arendt a pu qualifier d'État totalitaire, qui pour le coup ne laissait aucune place aux besoins essentiels de liberté des hommes. Est-ce que l'homme a vraiment besoin d'un État qui soit aussi puissant et arbitraire ?

  • Speaker #1

    Ah non justement, c'est ce qu'a théorisé Locke. Son État de nature n'est pas du tout aussi chaotique que celui de Hobbes. En fait, pour lui, même sans État, les hommes s'en sortent plutôt bien. Ils ont une descendance, ils ont des biens, mais ils n'ont toujours pas de sécurité. Donc selon lui, l'État doit uniquement pallier à ce problème de sécurité, mais ne doit surtout pas toucher à ce qui marche déjà un peu bien, qu'il appelle les privilèges naturels, notamment le droit de propriété. Sa théorie fait de Locke un des fondateurs du libéralisme. Il établit donc que le meilleur des États est un État minimaliste, qui doit faire le moins de choses possibles, mais doit tout de même exister.

  • Speaker #0

    Mais n'est-ce pas encore possible d'imaginer que même le besoin de protection ne soit pas nécessaire, et que finalement l'État en soi est une contrainte pour l'homme ?

  • Speaker #1

    C'est exactement ce qu'avancent les anarchistes. Notamment Bakounine, qui décrit un état de nature dans lequel, en fait, l'homme est paisible et heureux. Il avance aussi que lorsqu'un conflit arrive, les gens vont le résoudre spontanément et pacifiquement, tout seuls, sans avoir recours à une autorité externe, parce que c'est dans leur intérêt. Il appelle cela l'autogestion. Selon lui, l'État comme structure est par essence une forme d'oppression et de domination. Proudhon, un autre anarchiste, écrit que le gouvernement de l'homme par l'homme, sous quelque nom qu'il se déguise, est une oppression. Les marxistes aussi veulent renverser l'État. Selon eux, l'État est le reflet de la lutte des classes et donc il organise et légitime la domination des travailleurs.

  • Speaker #0

    Ok, donc pour résumer, si des hommes par nature mauvais justifieraient un État absolutiste pour les protéger les uns des autres,

  • Speaker #1

    ça c'est Hobbes.

  • Speaker #0

    Cependant, une vision plus optimiste des hommes, qui serait moins violente, légitimerait un État libéral et une plus grande liberté politique.

  • Speaker #1

    Ça c'est Locke.

  • Speaker #0

    Dès lors, Si les hommes sont capables de s'autogérer, nous pouvons dépasser la nécessité d'un état, d'une structure englobante, afin d'éviter l'oppression des hommes par les hommes.

  • Speaker #1

    Ça, c'est les anarchistes et les marxistes. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. N'hésitez pas à partager ce podcast avec vos amis qui sont en train de réviser. N'oubliez pas de faire un tour sur notre Instagram at science-piste pour enregistrer la mini-fiche de synthèse associée à ce podcast, et à vous abonner !

Description

Bienvenue dans notre neuvième shot de philo. En moins de 5 minutes, nous allons te donner les clés d'une notion centrale du programme : l'État (particulièrement appréciée par les étudiants à Sciences Po). Quel rôle de l'État peut-on déduire de la nature de l’homme ?

→ Si des hommes mauvais par nature justifient un État absolutiste pour les protéger...

Hobbes : "l'état de nature" est "une guerre de tous contre tous"

→ ...cependant, une vision plus optimiste des hommes justifie un État libéral...

Locke : un "état de nature" tempéré appelle un État modéré qui préserve les "privilèges naturels"

→ ...dès lors, si les hommes sont capables de s'autogérer, nous pouvons dépasser la nécessité même de l'État

Bakounine : "l'état de nature" est une situation où les hommes peuvent s'autogérer

Proudhon : "le gouvernement de l'homme par l'homme, sous quelque nom qu'il se déguise, est oppression"

Marx : l'état organise la domination des travailleurs et doit donc être abattu


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans le Shot de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania, et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous !

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de philo en traitant une des notions de programme en 5 minutes chrono. C'est parti ! Aujourd'hui, nous allons aborder le thème de l'État.

  • Speaker #1

    En France, dès lors qu'on a une carte vitale, la santé est un droit. L'État le prend en charge. Au contraire, aux États-Unis, il est de la responsabilité de chacun d'épargner dans le cas où on tomberait malade. Ces deux visions de la santé reflètent deux visions différentes de l'État, une vision d'un État très présent et une vision d'un État qui s'efface, ce que nous allons explorer dans ce podcast.

  • Speaker #0

    Aristote dit que l'homme est un animal politique. Citation à retenir. Comme nous l'avons vu dans le podcast sur la liberté, Il entend par cela que les hommes sont des êtres sociaux, obligés de s'organiser collectivement pour pouvoir coexister. Le rôle de l'État est justement de répondre à ce besoin. Il peut être défini comme étant l'ensemble des institutions qui structurent l'organisation politique d'un pays. Au bac, on va donc vous demander d'expliquer quelles sont les différentes visions de l'État. Pour reprendre notre exemple, l'État doit-il être plutôt minimal comme aux États-Unis, ou alors protecteur comme en France ? Nous verrons que ces visions de l'État se basent sur différentes conceptions de l'homme à l'État de nature, donc la manière dont les hommes vivent sans État, préhistoriquement disons. Nous nous demanderons aussi quel rôle de l'État peut-on déduire de la nature de l'homme.

  • Speaker #1

    Premièrement, Hobbes, vraiment philosophe incontournable pour cette notion, décrit l'homme comme étant brutal et dangereux. Et c'est cette conception pessimiste de l'homme qui justifie un état puissant et maximaliste. En fait, dans la description qu'il fait de l'état de nature, il dépeint un paysage vraiment chaotique, dans lequel il y a une guerre de tous contre tous. En fait, selon lui, l'homme est par essence animé par un désir de puissance et de domination, qui fait que l'homme est un loup pour l'homme. Alors, il dit que le premier rôle de l'état est de répondre. a ce besoin de sécurité qui est énorme. Cet état de nature est si grave, nous dit Hobbes, qu'il faut que l'État soit très efficace. Il recommande ainsi un État puissant et sans limites, qui soit monarchique pour éviter trop de discussions, et qui a tous les droits sur ses sujets. C'est l'absolutisme. Deng Xiaoping dira d'ailleurs qu'importe 20 000 morts si on obtient 20 ans de calme.

  • Speaker #0

    Je vois, mais ce sont ces mêmes thèses d'un pouvoir politique absolu et ne laissant pas de place à la pluralité qui ont produit au XXe siècle les expériences de ce que Hannah Arendt a pu qualifier d'État totalitaire, qui pour le coup ne laissait aucune place aux besoins essentiels de liberté des hommes. Est-ce que l'homme a vraiment besoin d'un État qui soit aussi puissant et arbitraire ?

  • Speaker #1

    Ah non justement, c'est ce qu'a théorisé Locke. Son État de nature n'est pas du tout aussi chaotique que celui de Hobbes. En fait, pour lui, même sans État, les hommes s'en sortent plutôt bien. Ils ont une descendance, ils ont des biens, mais ils n'ont toujours pas de sécurité. Donc selon lui, l'État doit uniquement pallier à ce problème de sécurité, mais ne doit surtout pas toucher à ce qui marche déjà un peu bien, qu'il appelle les privilèges naturels, notamment le droit de propriété. Sa théorie fait de Locke un des fondateurs du libéralisme. Il établit donc que le meilleur des États est un État minimaliste, qui doit faire le moins de choses possibles, mais doit tout de même exister.

  • Speaker #0

    Mais n'est-ce pas encore possible d'imaginer que même le besoin de protection ne soit pas nécessaire, et que finalement l'État en soi est une contrainte pour l'homme ?

  • Speaker #1

    C'est exactement ce qu'avancent les anarchistes. Notamment Bakounine, qui décrit un état de nature dans lequel, en fait, l'homme est paisible et heureux. Il avance aussi que lorsqu'un conflit arrive, les gens vont le résoudre spontanément et pacifiquement, tout seuls, sans avoir recours à une autorité externe, parce que c'est dans leur intérêt. Il appelle cela l'autogestion. Selon lui, l'État comme structure est par essence une forme d'oppression et de domination. Proudhon, un autre anarchiste, écrit que le gouvernement de l'homme par l'homme, sous quelque nom qu'il se déguise, est une oppression. Les marxistes aussi veulent renverser l'État. Selon eux, l'État est le reflet de la lutte des classes et donc il organise et légitime la domination des travailleurs.

  • Speaker #0

    Ok, donc pour résumer, si des hommes par nature mauvais justifieraient un État absolutiste pour les protéger les uns des autres,

  • Speaker #1

    ça c'est Hobbes.

  • Speaker #0

    Cependant, une vision plus optimiste des hommes, qui serait moins violente, légitimerait un État libéral et une plus grande liberté politique.

  • Speaker #1

    Ça c'est Locke.

  • Speaker #0

    Dès lors, Si les hommes sont capables de s'autogérer, nous pouvons dépasser la nécessité d'un état, d'une structure englobante, afin d'éviter l'oppression des hommes par les hommes.

  • Speaker #1

    Ça, c'est les anarchistes et les marxistes. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. N'hésitez pas à partager ce podcast avec vos amis qui sont en train de réviser. N'oubliez pas de faire un tour sur notre Instagram at science-piste pour enregistrer la mini-fiche de synthèse associée à ce podcast, et à vous abonner !

Share

Embed

You may also like

Description

Bienvenue dans notre neuvième shot de philo. En moins de 5 minutes, nous allons te donner les clés d'une notion centrale du programme : l'État (particulièrement appréciée par les étudiants à Sciences Po). Quel rôle de l'État peut-on déduire de la nature de l’homme ?

→ Si des hommes mauvais par nature justifient un État absolutiste pour les protéger...

Hobbes : "l'état de nature" est "une guerre de tous contre tous"

→ ...cependant, une vision plus optimiste des hommes justifie un État libéral...

Locke : un "état de nature" tempéré appelle un État modéré qui préserve les "privilèges naturels"

→ ...dès lors, si les hommes sont capables de s'autogérer, nous pouvons dépasser la nécessité même de l'État

Bakounine : "l'état de nature" est une situation où les hommes peuvent s'autogérer

Proudhon : "le gouvernement de l'homme par l'homme, sous quelque nom qu'il se déguise, est oppression"

Marx : l'état organise la domination des travailleurs et doit donc être abattu


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans le Shot de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania, et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous !

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de philo en traitant une des notions de programme en 5 minutes chrono. C'est parti ! Aujourd'hui, nous allons aborder le thème de l'État.

  • Speaker #1

    En France, dès lors qu'on a une carte vitale, la santé est un droit. L'État le prend en charge. Au contraire, aux États-Unis, il est de la responsabilité de chacun d'épargner dans le cas où on tomberait malade. Ces deux visions de la santé reflètent deux visions différentes de l'État, une vision d'un État très présent et une vision d'un État qui s'efface, ce que nous allons explorer dans ce podcast.

  • Speaker #0

    Aristote dit que l'homme est un animal politique. Citation à retenir. Comme nous l'avons vu dans le podcast sur la liberté, Il entend par cela que les hommes sont des êtres sociaux, obligés de s'organiser collectivement pour pouvoir coexister. Le rôle de l'État est justement de répondre à ce besoin. Il peut être défini comme étant l'ensemble des institutions qui structurent l'organisation politique d'un pays. Au bac, on va donc vous demander d'expliquer quelles sont les différentes visions de l'État. Pour reprendre notre exemple, l'État doit-il être plutôt minimal comme aux États-Unis, ou alors protecteur comme en France ? Nous verrons que ces visions de l'État se basent sur différentes conceptions de l'homme à l'État de nature, donc la manière dont les hommes vivent sans État, préhistoriquement disons. Nous nous demanderons aussi quel rôle de l'État peut-on déduire de la nature de l'homme.

  • Speaker #1

    Premièrement, Hobbes, vraiment philosophe incontournable pour cette notion, décrit l'homme comme étant brutal et dangereux. Et c'est cette conception pessimiste de l'homme qui justifie un état puissant et maximaliste. En fait, dans la description qu'il fait de l'état de nature, il dépeint un paysage vraiment chaotique, dans lequel il y a une guerre de tous contre tous. En fait, selon lui, l'homme est par essence animé par un désir de puissance et de domination, qui fait que l'homme est un loup pour l'homme. Alors, il dit que le premier rôle de l'état est de répondre. a ce besoin de sécurité qui est énorme. Cet état de nature est si grave, nous dit Hobbes, qu'il faut que l'État soit très efficace. Il recommande ainsi un État puissant et sans limites, qui soit monarchique pour éviter trop de discussions, et qui a tous les droits sur ses sujets. C'est l'absolutisme. Deng Xiaoping dira d'ailleurs qu'importe 20 000 morts si on obtient 20 ans de calme.

  • Speaker #0

    Je vois, mais ce sont ces mêmes thèses d'un pouvoir politique absolu et ne laissant pas de place à la pluralité qui ont produit au XXe siècle les expériences de ce que Hannah Arendt a pu qualifier d'État totalitaire, qui pour le coup ne laissait aucune place aux besoins essentiels de liberté des hommes. Est-ce que l'homme a vraiment besoin d'un État qui soit aussi puissant et arbitraire ?

  • Speaker #1

    Ah non justement, c'est ce qu'a théorisé Locke. Son État de nature n'est pas du tout aussi chaotique que celui de Hobbes. En fait, pour lui, même sans État, les hommes s'en sortent plutôt bien. Ils ont une descendance, ils ont des biens, mais ils n'ont toujours pas de sécurité. Donc selon lui, l'État doit uniquement pallier à ce problème de sécurité, mais ne doit surtout pas toucher à ce qui marche déjà un peu bien, qu'il appelle les privilèges naturels, notamment le droit de propriété. Sa théorie fait de Locke un des fondateurs du libéralisme. Il établit donc que le meilleur des États est un État minimaliste, qui doit faire le moins de choses possibles, mais doit tout de même exister.

  • Speaker #0

    Mais n'est-ce pas encore possible d'imaginer que même le besoin de protection ne soit pas nécessaire, et que finalement l'État en soi est une contrainte pour l'homme ?

  • Speaker #1

    C'est exactement ce qu'avancent les anarchistes. Notamment Bakounine, qui décrit un état de nature dans lequel, en fait, l'homme est paisible et heureux. Il avance aussi que lorsqu'un conflit arrive, les gens vont le résoudre spontanément et pacifiquement, tout seuls, sans avoir recours à une autorité externe, parce que c'est dans leur intérêt. Il appelle cela l'autogestion. Selon lui, l'État comme structure est par essence une forme d'oppression et de domination. Proudhon, un autre anarchiste, écrit que le gouvernement de l'homme par l'homme, sous quelque nom qu'il se déguise, est une oppression. Les marxistes aussi veulent renverser l'État. Selon eux, l'État est le reflet de la lutte des classes et donc il organise et légitime la domination des travailleurs.

  • Speaker #0

    Ok, donc pour résumer, si des hommes par nature mauvais justifieraient un État absolutiste pour les protéger les uns des autres,

  • Speaker #1

    ça c'est Hobbes.

  • Speaker #0

    Cependant, une vision plus optimiste des hommes, qui serait moins violente, légitimerait un État libéral et une plus grande liberté politique.

  • Speaker #1

    Ça c'est Locke.

  • Speaker #0

    Dès lors, Si les hommes sont capables de s'autogérer, nous pouvons dépasser la nécessité d'un état, d'une structure englobante, afin d'éviter l'oppression des hommes par les hommes.

  • Speaker #1

    Ça, c'est les anarchistes et les marxistes. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. N'hésitez pas à partager ce podcast avec vos amis qui sont en train de réviser. N'oubliez pas de faire un tour sur notre Instagram at science-piste pour enregistrer la mini-fiche de synthèse associée à ce podcast, et à vous abonner !

Description

Bienvenue dans notre neuvième shot de philo. En moins de 5 minutes, nous allons te donner les clés d'une notion centrale du programme : l'État (particulièrement appréciée par les étudiants à Sciences Po). Quel rôle de l'État peut-on déduire de la nature de l’homme ?

→ Si des hommes mauvais par nature justifient un État absolutiste pour les protéger...

Hobbes : "l'état de nature" est "une guerre de tous contre tous"

→ ...cependant, une vision plus optimiste des hommes justifie un État libéral...

Locke : un "état de nature" tempéré appelle un État modéré qui préserve les "privilèges naturels"

→ ...dès lors, si les hommes sont capables de s'autogérer, nous pouvons dépasser la nécessité même de l'État

Bakounine : "l'état de nature" est une situation où les hommes peuvent s'autogérer

Proudhon : "le gouvernement de l'homme par l'homme, sous quelque nom qu'il se déguise, est oppression"

Marx : l'état organise la domination des travailleurs et doit donc être abattu


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Bonjour à tous et bienvenue dans le Shot de Philo, le podcast proposé par Science Piste et animé par moi-même, Stéphania, et mon camarade Alexandre.

  • Speaker #1

    Salut à tous !

  • Speaker #0

    On est là pour vous faire réviser le bac de philo en traitant une des notions de programme en 5 minutes chrono. C'est parti ! Aujourd'hui, nous allons aborder le thème de l'État.

  • Speaker #1

    En France, dès lors qu'on a une carte vitale, la santé est un droit. L'État le prend en charge. Au contraire, aux États-Unis, il est de la responsabilité de chacun d'épargner dans le cas où on tomberait malade. Ces deux visions de la santé reflètent deux visions différentes de l'État, une vision d'un État très présent et une vision d'un État qui s'efface, ce que nous allons explorer dans ce podcast.

  • Speaker #0

    Aristote dit que l'homme est un animal politique. Citation à retenir. Comme nous l'avons vu dans le podcast sur la liberté, Il entend par cela que les hommes sont des êtres sociaux, obligés de s'organiser collectivement pour pouvoir coexister. Le rôle de l'État est justement de répondre à ce besoin. Il peut être défini comme étant l'ensemble des institutions qui structurent l'organisation politique d'un pays. Au bac, on va donc vous demander d'expliquer quelles sont les différentes visions de l'État. Pour reprendre notre exemple, l'État doit-il être plutôt minimal comme aux États-Unis, ou alors protecteur comme en France ? Nous verrons que ces visions de l'État se basent sur différentes conceptions de l'homme à l'État de nature, donc la manière dont les hommes vivent sans État, préhistoriquement disons. Nous nous demanderons aussi quel rôle de l'État peut-on déduire de la nature de l'homme.

  • Speaker #1

    Premièrement, Hobbes, vraiment philosophe incontournable pour cette notion, décrit l'homme comme étant brutal et dangereux. Et c'est cette conception pessimiste de l'homme qui justifie un état puissant et maximaliste. En fait, dans la description qu'il fait de l'état de nature, il dépeint un paysage vraiment chaotique, dans lequel il y a une guerre de tous contre tous. En fait, selon lui, l'homme est par essence animé par un désir de puissance et de domination, qui fait que l'homme est un loup pour l'homme. Alors, il dit que le premier rôle de l'état est de répondre. a ce besoin de sécurité qui est énorme. Cet état de nature est si grave, nous dit Hobbes, qu'il faut que l'État soit très efficace. Il recommande ainsi un État puissant et sans limites, qui soit monarchique pour éviter trop de discussions, et qui a tous les droits sur ses sujets. C'est l'absolutisme. Deng Xiaoping dira d'ailleurs qu'importe 20 000 morts si on obtient 20 ans de calme.

  • Speaker #0

    Je vois, mais ce sont ces mêmes thèses d'un pouvoir politique absolu et ne laissant pas de place à la pluralité qui ont produit au XXe siècle les expériences de ce que Hannah Arendt a pu qualifier d'État totalitaire, qui pour le coup ne laissait aucune place aux besoins essentiels de liberté des hommes. Est-ce que l'homme a vraiment besoin d'un État qui soit aussi puissant et arbitraire ?

  • Speaker #1

    Ah non justement, c'est ce qu'a théorisé Locke. Son État de nature n'est pas du tout aussi chaotique que celui de Hobbes. En fait, pour lui, même sans État, les hommes s'en sortent plutôt bien. Ils ont une descendance, ils ont des biens, mais ils n'ont toujours pas de sécurité. Donc selon lui, l'État doit uniquement pallier à ce problème de sécurité, mais ne doit surtout pas toucher à ce qui marche déjà un peu bien, qu'il appelle les privilèges naturels, notamment le droit de propriété. Sa théorie fait de Locke un des fondateurs du libéralisme. Il établit donc que le meilleur des États est un État minimaliste, qui doit faire le moins de choses possibles, mais doit tout de même exister.

  • Speaker #0

    Mais n'est-ce pas encore possible d'imaginer que même le besoin de protection ne soit pas nécessaire, et que finalement l'État en soi est une contrainte pour l'homme ?

  • Speaker #1

    C'est exactement ce qu'avancent les anarchistes. Notamment Bakounine, qui décrit un état de nature dans lequel, en fait, l'homme est paisible et heureux. Il avance aussi que lorsqu'un conflit arrive, les gens vont le résoudre spontanément et pacifiquement, tout seuls, sans avoir recours à une autorité externe, parce que c'est dans leur intérêt. Il appelle cela l'autogestion. Selon lui, l'État comme structure est par essence une forme d'oppression et de domination. Proudhon, un autre anarchiste, écrit que le gouvernement de l'homme par l'homme, sous quelque nom qu'il se déguise, est une oppression. Les marxistes aussi veulent renverser l'État. Selon eux, l'État est le reflet de la lutte des classes et donc il organise et légitime la domination des travailleurs.

  • Speaker #0

    Ok, donc pour résumer, si des hommes par nature mauvais justifieraient un État absolutiste pour les protéger les uns des autres,

  • Speaker #1

    ça c'est Hobbes.

  • Speaker #0

    Cependant, une vision plus optimiste des hommes, qui serait moins violente, légitimerait un État libéral et une plus grande liberté politique.

  • Speaker #1

    Ça c'est Locke.

  • Speaker #0

    Dès lors, Si les hommes sont capables de s'autogérer, nous pouvons dépasser la nécessité d'un état, d'une structure englobante, afin d'éviter l'oppression des hommes par les hommes.

  • Speaker #1

    Ça, c'est les anarchistes et les marxistes. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. N'hésitez pas à partager ce podcast avec vos amis qui sont en train de réviser. N'oubliez pas de faire un tour sur notre Instagram at science-piste pour enregistrer la mini-fiche de synthèse associée à ce podcast, et à vous abonner !

Share

Embed

You may also like