undefined cover
undefined cover
13. Qu'est ce qu'on attend pour être heureux ? cover
13. Qu'est ce qu'on attend pour être heureux ? cover
Un chemin vers soi : le podcast pour les hypersensibles

13. Qu'est ce qu'on attend pour être heureux ?

13. Qu'est ce qu'on attend pour être heureux ?

11min |12/10/2022
Play
undefined cover
undefined cover
13. Qu'est ce qu'on attend pour être heureux ? cover
13. Qu'est ce qu'on attend pour être heureux ? cover
Un chemin vers soi : le podcast pour les hypersensibles

13. Qu'est ce qu'on attend pour être heureux ?

13. Qu'est ce qu'on attend pour être heureux ?

11min |12/10/2022
Play

Description

Dans ce nouvel épisode,  il sera question du bonheur


Si tu aimes La vie suffit, Potentiel, Change ma vie, Des questions que tout le monde se pose, alors tu aimeras Un chemin vers soi.

*****************

🦋 Je suis Elsa, boosteuse d'estime (coach et sophrologue) spécialisée dans l’estime de soi des femmes hypersensibles. Je t’accompagne à prendre conscience de ta valeur, à développer ta confiance en toi et à apprivoiser tes émotions pour enfin oser impacter le monde à ta façon ✨


Si tu veux avoir accès à d'autres types de contenus, c'est par ici :


Tu manques de confiance en toi ?
👉🏽 Télécharge le guide ultime de la confiance en soi , 30 clés pour la booster 


Tu te poses des questions sur ton hypersensibilité ?

👉🏽 Passe le test : https://www.elsakinguejohnson.com/test-suis-je-hypersensible/  

#developpementpersonnel #quetedesoi #realisationdesoi #oseretresoimeme #oseretresoi #oserêtresoi #alignement #affirmationdesoi #sereconnecterasoi 


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Je suis profondément convaincue qu'on a tous en nous une lumière qui ne demande qu'à briller. Et mon désir est que tu puisses prendre conscience de ta valeur, découvrir ce chemin qui est le tien et impacter le monde à ta façon. Ensemble, partons à la découverte de notre vérité, apprenons à nous révéler et osons marcher vers notre destinée. Bonjour à tous et bienvenue sur ce nouvel épisode du podcast Un chemin vers soi. Tout à l'heure, j'ai fait un live avec d'autres professionnels sur le compte Instagram de psychologue.net sur la thématique du bonheur. Et j'ai eu envie de poursuivre le sujet ici, avec cet épisode et avec un titre un peu provocateur. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ? Il m'arrive assez souvent de me poser tout un tas de questions, du type de quoi j'ai vraiment envie pour ma vie, Quels sont mes rêves ? Et si j'avais tout ça, qu'est-ce que ça changerait pour moi, pour ma famille, pour mon couple ? Ces questions, elles tournent en boucle dans ma tête. Et même si ce sont ce que j'appelle des bonnes questions, j'ai eu un déclic récemment en écoutant un podcast. Je vous ai déjà parlé de la gratitude, d'être heureuse pour les choses que l'on a déjà. Et l'autre jour, dans mon RER, pendant que j'écoutais un podcast de Brooke Castillo, ces mots ont résonné très fort en moi. Probablement parce que cela faisait aussi écho à une autre discussion que j'avais eue avec mon professeur de chant un peu plus tôt. Et tout ça m'est revenu en boomrang. Je passe mon temps à vouloir plus, à mettre la barre haut, en parfaite perfectionniste que je suis. Et dès que j'ai atteint mon objectif, je dis what's next ? sans vraiment profiter finalement de ce que j'ai accompli. de ce que j'ai déjà. Je suis sûre que ça parle à beaucoup d'entre vous, ce que je raconte. Bien sûr, j'ai des moments ponctuels de gratitude, mais si je suis parfaitement honnête avec moi-même, je vise toujours plus, toujours mieux, si je peux dire ça comme ça. Et en me comportant de cette façon, je suis toujours focus sur ce qui me manque, sur ce que je n'ai pas. Et la douleur de ne pas encore avoir réussi. Et cette énergie, elle est loin d'être créatrice. Alors, je ne suis pas une experte en énergie, loin de là, mais je conçois très bien que je n'en vois pas forcément les bonnes ondes à l'univers. Sans vouloir paraître trop perché, bien sûr. Pourtant, toutes ces choses que je possède déjà sont en fait largement suffisantes pour me rendre heureuse. Et c'est probablement pareil pour toi qui m'écoutes. Et si finalement, c'était ça le bonheur ? Et si c'était savoir apprécier les choses que l'on a ? Et même les choses que l'on n'a pas en fait ? Et si c'était une bonne chose que tu n'aies pas ce que tu veux ? Si en fait tu n'étais pas prête à les obtenir ? Je donne un exemple. Souvent en coaching, on vient me voir avec une problématique précise. Par exemple, je ne supporte plus mon corps, je veux perdre du poids. Dans ce cas précis, il est facile d'imaginer tous les aspects positifs de la perte de poids qui est envisagée. Mais ce que l'on voit pas forcément, et qui pourtant est bien réel, qui pourtant est bien là, c'est qu'il y a aussi des inconvénients à son objectif. Il y a aussi des inconvénients à perdre du poids. Il y a des choses que l'on n'est peut-être pas prêt à lâcher. C'est d'ailleurs une question que j'aime bien poser en coaching. Quel avantage tu as à ne pas atteindre tes objectifs ? Souvent mes coachés me regardent avec des gros yeux et me disent qu'ils ne comprennent pas, qu'ils ne voient pas, qu'il n'y en a pas finalement. Mais en cherchant bien, on trouve. Alors peut-être que tu désires être riche, devenir ton propre patron ou que sais-je encore. Et tu souffres de ne pas y arriver. Mais peut-être que tu n'es pas encore prête. Peut-être que la vie te protège. et que la prochaine étape pour atteindre ton objectif, ce n'est peut-être pas tout à fait celle que tu avais en tête, celle que tu avais imaginée. Avec ce propos, je voudrais juste t'aider à voir les choses un peu différemment. à changer de perspective, à changer de vision sur ta situation. Et si en fait, tu étais à ta place ? Si tu étais sur le bon chemin ? Si tu n'avançais pas trop lentement ? Si tu avais besoin de vivre des choses, de comprendre des choses, avant de passer à l'étape d'après ? Ça te parle ? Maintenant allons un peu plus loin. Peut-être que c'est choses que tu veux. Peut-être que tu les as déjà en toi, en fait. Et là, tu te dis, mais de quoi elle parle ? Laisse-moi te répéter cette phrase, pour toi et pour toutes celles qui en ont besoin. Peut-être que ces choses que tu veux, peut-être qu'en fait, tu les as déjà en toi. Alors finalement, pourquoi tu cherches ? Est-ce qu'il n'y a pas juste à accueillir, à reconnaître ce qu'il y a déjà en toi ? Souvent on dit qu'on sera plus heureux quand on aura le job de nos rêves, la maison de nos rêves, le mec de nos rêves. Mais une fois qu'on a tout ça, on vit souvent autre chose, un autre but. Et on remet le bonheur à plus tard. En fait, on conditionne notre bonheur à quelque chose, à quelque chose qui est extérieur à nous. Il y a un livre de développement personnel que j'ai lu il y a plusieurs années et qui m'a vraiment marqué. Il s'agit de Quand la conscience s'éveille d'Anthony Di Mello. Il commençait son livre ainsi. La plupart des êtres sont assoupis et l'ignorent. Ils sont nés endormis. Ils vivent dans leur sommeil. Ils se marient dans leur sommeil. Ils conçoivent leur progéniture dans leur sommeil. et ils meurent sans même se rendre compte qu'ils ont passé leur vie endormis. L'auteur explique que les gens ne veulent pas se réveiller et ne veulent pas vraiment être heureux. Ils refusent d'être heureux sans telle ou telle chose. Ils conditionnent leur bonheur à des choses, à des personnes extérieures à elles. Ils leur donnent ainsi tout leur pouvoir. Laisse-moi te partager un court extrait pour illustrer ces propos. La vérité est que les gens ne veulent pas vraiment grandir. Ils ne veulent pas vraiment changer. Ils ne veulent pas vraiment être heureux. Nous voulons un tas d'autres choses. Ou plus précisément, nous ne voulons pas d'un bonheur inconditionnel. Je suis prêt à être heureux à condition de posséder ceci et cela et d'autres choses encore. Cela revient à dire à celui ou à celle que nous aimons ou à notre Dieu Ou à qui que ce soit d'autre, tu es mon bonheur. Si je ne te possède pas, je refuse d'être heureux. Il est extrêmement important de comprendre cela. Même si l'on obtient ces choses que l'on désire, on peut basculer dans la peur de les perdre, et finalement, ne pas en profiter. Dans son livre, l'auteur parle de réveil, d'ouvrir les yeux sur le monde, et notamment sur la définition du bonheur. Ouvrir les yeux sur toutes les croyances qu'on nous a apprises, qu'on a apprises par nos parents, par la société, par notre cercle proche. On en a déjà parlé dans ce podcast. Dans notre enfance, on a été conditionnés, j'en parle notamment dans l'épisode sur les messages contraignants, et dans ces conditionnements, on nous a appris différentes choses sur le bonheur. On nous a appris par exemple que pour être heureux, il fallait avoir de l'argent, du succès, avoir une famille. Bien sûr, ce sont des exemples. Et on a tellement intégré toutes ces croyances, toutes ces injonctions au bonheur, qu'on est persuadé qu'on le veut aussi, qu'on le veut sincèrement. Mais est-ce que c'est vraiment le cas en fait ? Alors si on ne fait pas attention, notre bonheur va reposer sur une vision du bonheur qu'on nous a apprise. sur une définition qu'on nous a inculquée malgré nous, définition qui d'ailleurs peut changer en fonction des familles, des cultures, des pays, des époques. Mais en fait, il n'y a pas de condition au bonheur, ou en tout cas pas celle qu'on nous impose. Le bonheur, du moins c'est ma vision, c'est quelque chose de très personnel, dont chacun doit définir les contours, et qui nous est accessible à tous. Peu importe notre passé, nos difficultés, notre culture, on peut tous être heureux, mais il faut le décider. Je ne dis pas que c'est simple, je dis juste que c'est possible. Voilà ce que j'avais à te dire aujourd'hui. En complément de ce podcast, je t'invite à aller écouter le replay de mon live sur psychologue.net, nos pistes pour être plus heureux. Je suis également très curieuse de savoir si cet épisode t'a parlé, ou si tu l'as trouvé complètement perché. N'hésite surtout pas à venir en discuter avec moi sur Instagram. Et bien sûr, si cet épisode t'a plu, si de manière générale tu apprécies le podcast, Je t'invite à le noter avec 5 étoiles et à me laisser un commentaire si ta plateforme d'écoute le permet. Ça m'aidera à le faire davantage connaître. Si tu es arrivé jusqu'ici, alors un grand merci à toi pour ton écoute. Et je te dis à 15 jours pour un nouvel épisode.

Description

Dans ce nouvel épisode,  il sera question du bonheur


Si tu aimes La vie suffit, Potentiel, Change ma vie, Des questions que tout le monde se pose, alors tu aimeras Un chemin vers soi.

*****************

🦋 Je suis Elsa, boosteuse d'estime (coach et sophrologue) spécialisée dans l’estime de soi des femmes hypersensibles. Je t’accompagne à prendre conscience de ta valeur, à développer ta confiance en toi et à apprivoiser tes émotions pour enfin oser impacter le monde à ta façon ✨


Si tu veux avoir accès à d'autres types de contenus, c'est par ici :


Tu manques de confiance en toi ?
👉🏽 Télécharge le guide ultime de la confiance en soi , 30 clés pour la booster 


Tu te poses des questions sur ton hypersensibilité ?

👉🏽 Passe le test : https://www.elsakinguejohnson.com/test-suis-je-hypersensible/  

#developpementpersonnel #quetedesoi #realisationdesoi #oseretresoimeme #oseretresoi #oserêtresoi #alignement #affirmationdesoi #sereconnecterasoi 


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Je suis profondément convaincue qu'on a tous en nous une lumière qui ne demande qu'à briller. Et mon désir est que tu puisses prendre conscience de ta valeur, découvrir ce chemin qui est le tien et impacter le monde à ta façon. Ensemble, partons à la découverte de notre vérité, apprenons à nous révéler et osons marcher vers notre destinée. Bonjour à tous et bienvenue sur ce nouvel épisode du podcast Un chemin vers soi. Tout à l'heure, j'ai fait un live avec d'autres professionnels sur le compte Instagram de psychologue.net sur la thématique du bonheur. Et j'ai eu envie de poursuivre le sujet ici, avec cet épisode et avec un titre un peu provocateur. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ? Il m'arrive assez souvent de me poser tout un tas de questions, du type de quoi j'ai vraiment envie pour ma vie, Quels sont mes rêves ? Et si j'avais tout ça, qu'est-ce que ça changerait pour moi, pour ma famille, pour mon couple ? Ces questions, elles tournent en boucle dans ma tête. Et même si ce sont ce que j'appelle des bonnes questions, j'ai eu un déclic récemment en écoutant un podcast. Je vous ai déjà parlé de la gratitude, d'être heureuse pour les choses que l'on a déjà. Et l'autre jour, dans mon RER, pendant que j'écoutais un podcast de Brooke Castillo, ces mots ont résonné très fort en moi. Probablement parce que cela faisait aussi écho à une autre discussion que j'avais eue avec mon professeur de chant un peu plus tôt. Et tout ça m'est revenu en boomrang. Je passe mon temps à vouloir plus, à mettre la barre haut, en parfaite perfectionniste que je suis. Et dès que j'ai atteint mon objectif, je dis what's next ? sans vraiment profiter finalement de ce que j'ai accompli. de ce que j'ai déjà. Je suis sûre que ça parle à beaucoup d'entre vous, ce que je raconte. Bien sûr, j'ai des moments ponctuels de gratitude, mais si je suis parfaitement honnête avec moi-même, je vise toujours plus, toujours mieux, si je peux dire ça comme ça. Et en me comportant de cette façon, je suis toujours focus sur ce qui me manque, sur ce que je n'ai pas. Et la douleur de ne pas encore avoir réussi. Et cette énergie, elle est loin d'être créatrice. Alors, je ne suis pas une experte en énergie, loin de là, mais je conçois très bien que je n'en vois pas forcément les bonnes ondes à l'univers. Sans vouloir paraître trop perché, bien sûr. Pourtant, toutes ces choses que je possède déjà sont en fait largement suffisantes pour me rendre heureuse. Et c'est probablement pareil pour toi qui m'écoutes. Et si finalement, c'était ça le bonheur ? Et si c'était savoir apprécier les choses que l'on a ? Et même les choses que l'on n'a pas en fait ? Et si c'était une bonne chose que tu n'aies pas ce que tu veux ? Si en fait tu n'étais pas prête à les obtenir ? Je donne un exemple. Souvent en coaching, on vient me voir avec une problématique précise. Par exemple, je ne supporte plus mon corps, je veux perdre du poids. Dans ce cas précis, il est facile d'imaginer tous les aspects positifs de la perte de poids qui est envisagée. Mais ce que l'on voit pas forcément, et qui pourtant est bien réel, qui pourtant est bien là, c'est qu'il y a aussi des inconvénients à son objectif. Il y a aussi des inconvénients à perdre du poids. Il y a des choses que l'on n'est peut-être pas prêt à lâcher. C'est d'ailleurs une question que j'aime bien poser en coaching. Quel avantage tu as à ne pas atteindre tes objectifs ? Souvent mes coachés me regardent avec des gros yeux et me disent qu'ils ne comprennent pas, qu'ils ne voient pas, qu'il n'y en a pas finalement. Mais en cherchant bien, on trouve. Alors peut-être que tu désires être riche, devenir ton propre patron ou que sais-je encore. Et tu souffres de ne pas y arriver. Mais peut-être que tu n'es pas encore prête. Peut-être que la vie te protège. et que la prochaine étape pour atteindre ton objectif, ce n'est peut-être pas tout à fait celle que tu avais en tête, celle que tu avais imaginée. Avec ce propos, je voudrais juste t'aider à voir les choses un peu différemment. à changer de perspective, à changer de vision sur ta situation. Et si en fait, tu étais à ta place ? Si tu étais sur le bon chemin ? Si tu n'avançais pas trop lentement ? Si tu avais besoin de vivre des choses, de comprendre des choses, avant de passer à l'étape d'après ? Ça te parle ? Maintenant allons un peu plus loin. Peut-être que c'est choses que tu veux. Peut-être que tu les as déjà en toi, en fait. Et là, tu te dis, mais de quoi elle parle ? Laisse-moi te répéter cette phrase, pour toi et pour toutes celles qui en ont besoin. Peut-être que ces choses que tu veux, peut-être qu'en fait, tu les as déjà en toi. Alors finalement, pourquoi tu cherches ? Est-ce qu'il n'y a pas juste à accueillir, à reconnaître ce qu'il y a déjà en toi ? Souvent on dit qu'on sera plus heureux quand on aura le job de nos rêves, la maison de nos rêves, le mec de nos rêves. Mais une fois qu'on a tout ça, on vit souvent autre chose, un autre but. Et on remet le bonheur à plus tard. En fait, on conditionne notre bonheur à quelque chose, à quelque chose qui est extérieur à nous. Il y a un livre de développement personnel que j'ai lu il y a plusieurs années et qui m'a vraiment marqué. Il s'agit de Quand la conscience s'éveille d'Anthony Di Mello. Il commençait son livre ainsi. La plupart des êtres sont assoupis et l'ignorent. Ils sont nés endormis. Ils vivent dans leur sommeil. Ils se marient dans leur sommeil. Ils conçoivent leur progéniture dans leur sommeil. et ils meurent sans même se rendre compte qu'ils ont passé leur vie endormis. L'auteur explique que les gens ne veulent pas se réveiller et ne veulent pas vraiment être heureux. Ils refusent d'être heureux sans telle ou telle chose. Ils conditionnent leur bonheur à des choses, à des personnes extérieures à elles. Ils leur donnent ainsi tout leur pouvoir. Laisse-moi te partager un court extrait pour illustrer ces propos. La vérité est que les gens ne veulent pas vraiment grandir. Ils ne veulent pas vraiment changer. Ils ne veulent pas vraiment être heureux. Nous voulons un tas d'autres choses. Ou plus précisément, nous ne voulons pas d'un bonheur inconditionnel. Je suis prêt à être heureux à condition de posséder ceci et cela et d'autres choses encore. Cela revient à dire à celui ou à celle que nous aimons ou à notre Dieu Ou à qui que ce soit d'autre, tu es mon bonheur. Si je ne te possède pas, je refuse d'être heureux. Il est extrêmement important de comprendre cela. Même si l'on obtient ces choses que l'on désire, on peut basculer dans la peur de les perdre, et finalement, ne pas en profiter. Dans son livre, l'auteur parle de réveil, d'ouvrir les yeux sur le monde, et notamment sur la définition du bonheur. Ouvrir les yeux sur toutes les croyances qu'on nous a apprises, qu'on a apprises par nos parents, par la société, par notre cercle proche. On en a déjà parlé dans ce podcast. Dans notre enfance, on a été conditionnés, j'en parle notamment dans l'épisode sur les messages contraignants, et dans ces conditionnements, on nous a appris différentes choses sur le bonheur. On nous a appris par exemple que pour être heureux, il fallait avoir de l'argent, du succès, avoir une famille. Bien sûr, ce sont des exemples. Et on a tellement intégré toutes ces croyances, toutes ces injonctions au bonheur, qu'on est persuadé qu'on le veut aussi, qu'on le veut sincèrement. Mais est-ce que c'est vraiment le cas en fait ? Alors si on ne fait pas attention, notre bonheur va reposer sur une vision du bonheur qu'on nous a apprise. sur une définition qu'on nous a inculquée malgré nous, définition qui d'ailleurs peut changer en fonction des familles, des cultures, des pays, des époques. Mais en fait, il n'y a pas de condition au bonheur, ou en tout cas pas celle qu'on nous impose. Le bonheur, du moins c'est ma vision, c'est quelque chose de très personnel, dont chacun doit définir les contours, et qui nous est accessible à tous. Peu importe notre passé, nos difficultés, notre culture, on peut tous être heureux, mais il faut le décider. Je ne dis pas que c'est simple, je dis juste que c'est possible. Voilà ce que j'avais à te dire aujourd'hui. En complément de ce podcast, je t'invite à aller écouter le replay de mon live sur psychologue.net, nos pistes pour être plus heureux. Je suis également très curieuse de savoir si cet épisode t'a parlé, ou si tu l'as trouvé complètement perché. N'hésite surtout pas à venir en discuter avec moi sur Instagram. Et bien sûr, si cet épisode t'a plu, si de manière générale tu apprécies le podcast, Je t'invite à le noter avec 5 étoiles et à me laisser un commentaire si ta plateforme d'écoute le permet. Ça m'aidera à le faire davantage connaître. Si tu es arrivé jusqu'ici, alors un grand merci à toi pour ton écoute. Et je te dis à 15 jours pour un nouvel épisode.

Share

Embed

You may also like

Description

Dans ce nouvel épisode,  il sera question du bonheur


Si tu aimes La vie suffit, Potentiel, Change ma vie, Des questions que tout le monde se pose, alors tu aimeras Un chemin vers soi.

*****************

🦋 Je suis Elsa, boosteuse d'estime (coach et sophrologue) spécialisée dans l’estime de soi des femmes hypersensibles. Je t’accompagne à prendre conscience de ta valeur, à développer ta confiance en toi et à apprivoiser tes émotions pour enfin oser impacter le monde à ta façon ✨


Si tu veux avoir accès à d'autres types de contenus, c'est par ici :


Tu manques de confiance en toi ?
👉🏽 Télécharge le guide ultime de la confiance en soi , 30 clés pour la booster 


Tu te poses des questions sur ton hypersensibilité ?

👉🏽 Passe le test : https://www.elsakinguejohnson.com/test-suis-je-hypersensible/  

#developpementpersonnel #quetedesoi #realisationdesoi #oseretresoimeme #oseretresoi #oserêtresoi #alignement #affirmationdesoi #sereconnecterasoi 


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Je suis profondément convaincue qu'on a tous en nous une lumière qui ne demande qu'à briller. Et mon désir est que tu puisses prendre conscience de ta valeur, découvrir ce chemin qui est le tien et impacter le monde à ta façon. Ensemble, partons à la découverte de notre vérité, apprenons à nous révéler et osons marcher vers notre destinée. Bonjour à tous et bienvenue sur ce nouvel épisode du podcast Un chemin vers soi. Tout à l'heure, j'ai fait un live avec d'autres professionnels sur le compte Instagram de psychologue.net sur la thématique du bonheur. Et j'ai eu envie de poursuivre le sujet ici, avec cet épisode et avec un titre un peu provocateur. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ? Il m'arrive assez souvent de me poser tout un tas de questions, du type de quoi j'ai vraiment envie pour ma vie, Quels sont mes rêves ? Et si j'avais tout ça, qu'est-ce que ça changerait pour moi, pour ma famille, pour mon couple ? Ces questions, elles tournent en boucle dans ma tête. Et même si ce sont ce que j'appelle des bonnes questions, j'ai eu un déclic récemment en écoutant un podcast. Je vous ai déjà parlé de la gratitude, d'être heureuse pour les choses que l'on a déjà. Et l'autre jour, dans mon RER, pendant que j'écoutais un podcast de Brooke Castillo, ces mots ont résonné très fort en moi. Probablement parce que cela faisait aussi écho à une autre discussion que j'avais eue avec mon professeur de chant un peu plus tôt. Et tout ça m'est revenu en boomrang. Je passe mon temps à vouloir plus, à mettre la barre haut, en parfaite perfectionniste que je suis. Et dès que j'ai atteint mon objectif, je dis what's next ? sans vraiment profiter finalement de ce que j'ai accompli. de ce que j'ai déjà. Je suis sûre que ça parle à beaucoup d'entre vous, ce que je raconte. Bien sûr, j'ai des moments ponctuels de gratitude, mais si je suis parfaitement honnête avec moi-même, je vise toujours plus, toujours mieux, si je peux dire ça comme ça. Et en me comportant de cette façon, je suis toujours focus sur ce qui me manque, sur ce que je n'ai pas. Et la douleur de ne pas encore avoir réussi. Et cette énergie, elle est loin d'être créatrice. Alors, je ne suis pas une experte en énergie, loin de là, mais je conçois très bien que je n'en vois pas forcément les bonnes ondes à l'univers. Sans vouloir paraître trop perché, bien sûr. Pourtant, toutes ces choses que je possède déjà sont en fait largement suffisantes pour me rendre heureuse. Et c'est probablement pareil pour toi qui m'écoutes. Et si finalement, c'était ça le bonheur ? Et si c'était savoir apprécier les choses que l'on a ? Et même les choses que l'on n'a pas en fait ? Et si c'était une bonne chose que tu n'aies pas ce que tu veux ? Si en fait tu n'étais pas prête à les obtenir ? Je donne un exemple. Souvent en coaching, on vient me voir avec une problématique précise. Par exemple, je ne supporte plus mon corps, je veux perdre du poids. Dans ce cas précis, il est facile d'imaginer tous les aspects positifs de la perte de poids qui est envisagée. Mais ce que l'on voit pas forcément, et qui pourtant est bien réel, qui pourtant est bien là, c'est qu'il y a aussi des inconvénients à son objectif. Il y a aussi des inconvénients à perdre du poids. Il y a des choses que l'on n'est peut-être pas prêt à lâcher. C'est d'ailleurs une question que j'aime bien poser en coaching. Quel avantage tu as à ne pas atteindre tes objectifs ? Souvent mes coachés me regardent avec des gros yeux et me disent qu'ils ne comprennent pas, qu'ils ne voient pas, qu'il n'y en a pas finalement. Mais en cherchant bien, on trouve. Alors peut-être que tu désires être riche, devenir ton propre patron ou que sais-je encore. Et tu souffres de ne pas y arriver. Mais peut-être que tu n'es pas encore prête. Peut-être que la vie te protège. et que la prochaine étape pour atteindre ton objectif, ce n'est peut-être pas tout à fait celle que tu avais en tête, celle que tu avais imaginée. Avec ce propos, je voudrais juste t'aider à voir les choses un peu différemment. à changer de perspective, à changer de vision sur ta situation. Et si en fait, tu étais à ta place ? Si tu étais sur le bon chemin ? Si tu n'avançais pas trop lentement ? Si tu avais besoin de vivre des choses, de comprendre des choses, avant de passer à l'étape d'après ? Ça te parle ? Maintenant allons un peu plus loin. Peut-être que c'est choses que tu veux. Peut-être que tu les as déjà en toi, en fait. Et là, tu te dis, mais de quoi elle parle ? Laisse-moi te répéter cette phrase, pour toi et pour toutes celles qui en ont besoin. Peut-être que ces choses que tu veux, peut-être qu'en fait, tu les as déjà en toi. Alors finalement, pourquoi tu cherches ? Est-ce qu'il n'y a pas juste à accueillir, à reconnaître ce qu'il y a déjà en toi ? Souvent on dit qu'on sera plus heureux quand on aura le job de nos rêves, la maison de nos rêves, le mec de nos rêves. Mais une fois qu'on a tout ça, on vit souvent autre chose, un autre but. Et on remet le bonheur à plus tard. En fait, on conditionne notre bonheur à quelque chose, à quelque chose qui est extérieur à nous. Il y a un livre de développement personnel que j'ai lu il y a plusieurs années et qui m'a vraiment marqué. Il s'agit de Quand la conscience s'éveille d'Anthony Di Mello. Il commençait son livre ainsi. La plupart des êtres sont assoupis et l'ignorent. Ils sont nés endormis. Ils vivent dans leur sommeil. Ils se marient dans leur sommeil. Ils conçoivent leur progéniture dans leur sommeil. et ils meurent sans même se rendre compte qu'ils ont passé leur vie endormis. L'auteur explique que les gens ne veulent pas se réveiller et ne veulent pas vraiment être heureux. Ils refusent d'être heureux sans telle ou telle chose. Ils conditionnent leur bonheur à des choses, à des personnes extérieures à elles. Ils leur donnent ainsi tout leur pouvoir. Laisse-moi te partager un court extrait pour illustrer ces propos. La vérité est que les gens ne veulent pas vraiment grandir. Ils ne veulent pas vraiment changer. Ils ne veulent pas vraiment être heureux. Nous voulons un tas d'autres choses. Ou plus précisément, nous ne voulons pas d'un bonheur inconditionnel. Je suis prêt à être heureux à condition de posséder ceci et cela et d'autres choses encore. Cela revient à dire à celui ou à celle que nous aimons ou à notre Dieu Ou à qui que ce soit d'autre, tu es mon bonheur. Si je ne te possède pas, je refuse d'être heureux. Il est extrêmement important de comprendre cela. Même si l'on obtient ces choses que l'on désire, on peut basculer dans la peur de les perdre, et finalement, ne pas en profiter. Dans son livre, l'auteur parle de réveil, d'ouvrir les yeux sur le monde, et notamment sur la définition du bonheur. Ouvrir les yeux sur toutes les croyances qu'on nous a apprises, qu'on a apprises par nos parents, par la société, par notre cercle proche. On en a déjà parlé dans ce podcast. Dans notre enfance, on a été conditionnés, j'en parle notamment dans l'épisode sur les messages contraignants, et dans ces conditionnements, on nous a appris différentes choses sur le bonheur. On nous a appris par exemple que pour être heureux, il fallait avoir de l'argent, du succès, avoir une famille. Bien sûr, ce sont des exemples. Et on a tellement intégré toutes ces croyances, toutes ces injonctions au bonheur, qu'on est persuadé qu'on le veut aussi, qu'on le veut sincèrement. Mais est-ce que c'est vraiment le cas en fait ? Alors si on ne fait pas attention, notre bonheur va reposer sur une vision du bonheur qu'on nous a apprise. sur une définition qu'on nous a inculquée malgré nous, définition qui d'ailleurs peut changer en fonction des familles, des cultures, des pays, des époques. Mais en fait, il n'y a pas de condition au bonheur, ou en tout cas pas celle qu'on nous impose. Le bonheur, du moins c'est ma vision, c'est quelque chose de très personnel, dont chacun doit définir les contours, et qui nous est accessible à tous. Peu importe notre passé, nos difficultés, notre culture, on peut tous être heureux, mais il faut le décider. Je ne dis pas que c'est simple, je dis juste que c'est possible. Voilà ce que j'avais à te dire aujourd'hui. En complément de ce podcast, je t'invite à aller écouter le replay de mon live sur psychologue.net, nos pistes pour être plus heureux. Je suis également très curieuse de savoir si cet épisode t'a parlé, ou si tu l'as trouvé complètement perché. N'hésite surtout pas à venir en discuter avec moi sur Instagram. Et bien sûr, si cet épisode t'a plu, si de manière générale tu apprécies le podcast, Je t'invite à le noter avec 5 étoiles et à me laisser un commentaire si ta plateforme d'écoute le permet. Ça m'aidera à le faire davantage connaître. Si tu es arrivé jusqu'ici, alors un grand merci à toi pour ton écoute. Et je te dis à 15 jours pour un nouvel épisode.

Description

Dans ce nouvel épisode,  il sera question du bonheur


Si tu aimes La vie suffit, Potentiel, Change ma vie, Des questions que tout le monde se pose, alors tu aimeras Un chemin vers soi.

*****************

🦋 Je suis Elsa, boosteuse d'estime (coach et sophrologue) spécialisée dans l’estime de soi des femmes hypersensibles. Je t’accompagne à prendre conscience de ta valeur, à développer ta confiance en toi et à apprivoiser tes émotions pour enfin oser impacter le monde à ta façon ✨


Si tu veux avoir accès à d'autres types de contenus, c'est par ici :


Tu manques de confiance en toi ?
👉🏽 Télécharge le guide ultime de la confiance en soi , 30 clés pour la booster 


Tu te poses des questions sur ton hypersensibilité ?

👉🏽 Passe le test : https://www.elsakinguejohnson.com/test-suis-je-hypersensible/  

#developpementpersonnel #quetedesoi #realisationdesoi #oseretresoimeme #oseretresoi #oserêtresoi #alignement #affirmationdesoi #sereconnecterasoi 


Hébergé par Ausha. Visitez ausha.co/politique-de-confidentialite pour plus d'informations.

Transcription

  • Speaker #0

    Je suis profondément convaincue qu'on a tous en nous une lumière qui ne demande qu'à briller. Et mon désir est que tu puisses prendre conscience de ta valeur, découvrir ce chemin qui est le tien et impacter le monde à ta façon. Ensemble, partons à la découverte de notre vérité, apprenons à nous révéler et osons marcher vers notre destinée. Bonjour à tous et bienvenue sur ce nouvel épisode du podcast Un chemin vers soi. Tout à l'heure, j'ai fait un live avec d'autres professionnels sur le compte Instagram de psychologue.net sur la thématique du bonheur. Et j'ai eu envie de poursuivre le sujet ici, avec cet épisode et avec un titre un peu provocateur. Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ? Il m'arrive assez souvent de me poser tout un tas de questions, du type de quoi j'ai vraiment envie pour ma vie, Quels sont mes rêves ? Et si j'avais tout ça, qu'est-ce que ça changerait pour moi, pour ma famille, pour mon couple ? Ces questions, elles tournent en boucle dans ma tête. Et même si ce sont ce que j'appelle des bonnes questions, j'ai eu un déclic récemment en écoutant un podcast. Je vous ai déjà parlé de la gratitude, d'être heureuse pour les choses que l'on a déjà. Et l'autre jour, dans mon RER, pendant que j'écoutais un podcast de Brooke Castillo, ces mots ont résonné très fort en moi. Probablement parce que cela faisait aussi écho à une autre discussion que j'avais eue avec mon professeur de chant un peu plus tôt. Et tout ça m'est revenu en boomrang. Je passe mon temps à vouloir plus, à mettre la barre haut, en parfaite perfectionniste que je suis. Et dès que j'ai atteint mon objectif, je dis what's next ? sans vraiment profiter finalement de ce que j'ai accompli. de ce que j'ai déjà. Je suis sûre que ça parle à beaucoup d'entre vous, ce que je raconte. Bien sûr, j'ai des moments ponctuels de gratitude, mais si je suis parfaitement honnête avec moi-même, je vise toujours plus, toujours mieux, si je peux dire ça comme ça. Et en me comportant de cette façon, je suis toujours focus sur ce qui me manque, sur ce que je n'ai pas. Et la douleur de ne pas encore avoir réussi. Et cette énergie, elle est loin d'être créatrice. Alors, je ne suis pas une experte en énergie, loin de là, mais je conçois très bien que je n'en vois pas forcément les bonnes ondes à l'univers. Sans vouloir paraître trop perché, bien sûr. Pourtant, toutes ces choses que je possède déjà sont en fait largement suffisantes pour me rendre heureuse. Et c'est probablement pareil pour toi qui m'écoutes. Et si finalement, c'était ça le bonheur ? Et si c'était savoir apprécier les choses que l'on a ? Et même les choses que l'on n'a pas en fait ? Et si c'était une bonne chose que tu n'aies pas ce que tu veux ? Si en fait tu n'étais pas prête à les obtenir ? Je donne un exemple. Souvent en coaching, on vient me voir avec une problématique précise. Par exemple, je ne supporte plus mon corps, je veux perdre du poids. Dans ce cas précis, il est facile d'imaginer tous les aspects positifs de la perte de poids qui est envisagée. Mais ce que l'on voit pas forcément, et qui pourtant est bien réel, qui pourtant est bien là, c'est qu'il y a aussi des inconvénients à son objectif. Il y a aussi des inconvénients à perdre du poids. Il y a des choses que l'on n'est peut-être pas prêt à lâcher. C'est d'ailleurs une question que j'aime bien poser en coaching. Quel avantage tu as à ne pas atteindre tes objectifs ? Souvent mes coachés me regardent avec des gros yeux et me disent qu'ils ne comprennent pas, qu'ils ne voient pas, qu'il n'y en a pas finalement. Mais en cherchant bien, on trouve. Alors peut-être que tu désires être riche, devenir ton propre patron ou que sais-je encore. Et tu souffres de ne pas y arriver. Mais peut-être que tu n'es pas encore prête. Peut-être que la vie te protège. et que la prochaine étape pour atteindre ton objectif, ce n'est peut-être pas tout à fait celle que tu avais en tête, celle que tu avais imaginée. Avec ce propos, je voudrais juste t'aider à voir les choses un peu différemment. à changer de perspective, à changer de vision sur ta situation. Et si en fait, tu étais à ta place ? Si tu étais sur le bon chemin ? Si tu n'avançais pas trop lentement ? Si tu avais besoin de vivre des choses, de comprendre des choses, avant de passer à l'étape d'après ? Ça te parle ? Maintenant allons un peu plus loin. Peut-être que c'est choses que tu veux. Peut-être que tu les as déjà en toi, en fait. Et là, tu te dis, mais de quoi elle parle ? Laisse-moi te répéter cette phrase, pour toi et pour toutes celles qui en ont besoin. Peut-être que ces choses que tu veux, peut-être qu'en fait, tu les as déjà en toi. Alors finalement, pourquoi tu cherches ? Est-ce qu'il n'y a pas juste à accueillir, à reconnaître ce qu'il y a déjà en toi ? Souvent on dit qu'on sera plus heureux quand on aura le job de nos rêves, la maison de nos rêves, le mec de nos rêves. Mais une fois qu'on a tout ça, on vit souvent autre chose, un autre but. Et on remet le bonheur à plus tard. En fait, on conditionne notre bonheur à quelque chose, à quelque chose qui est extérieur à nous. Il y a un livre de développement personnel que j'ai lu il y a plusieurs années et qui m'a vraiment marqué. Il s'agit de Quand la conscience s'éveille d'Anthony Di Mello. Il commençait son livre ainsi. La plupart des êtres sont assoupis et l'ignorent. Ils sont nés endormis. Ils vivent dans leur sommeil. Ils se marient dans leur sommeil. Ils conçoivent leur progéniture dans leur sommeil. et ils meurent sans même se rendre compte qu'ils ont passé leur vie endormis. L'auteur explique que les gens ne veulent pas se réveiller et ne veulent pas vraiment être heureux. Ils refusent d'être heureux sans telle ou telle chose. Ils conditionnent leur bonheur à des choses, à des personnes extérieures à elles. Ils leur donnent ainsi tout leur pouvoir. Laisse-moi te partager un court extrait pour illustrer ces propos. La vérité est que les gens ne veulent pas vraiment grandir. Ils ne veulent pas vraiment changer. Ils ne veulent pas vraiment être heureux. Nous voulons un tas d'autres choses. Ou plus précisément, nous ne voulons pas d'un bonheur inconditionnel. Je suis prêt à être heureux à condition de posséder ceci et cela et d'autres choses encore. Cela revient à dire à celui ou à celle que nous aimons ou à notre Dieu Ou à qui que ce soit d'autre, tu es mon bonheur. Si je ne te possède pas, je refuse d'être heureux. Il est extrêmement important de comprendre cela. Même si l'on obtient ces choses que l'on désire, on peut basculer dans la peur de les perdre, et finalement, ne pas en profiter. Dans son livre, l'auteur parle de réveil, d'ouvrir les yeux sur le monde, et notamment sur la définition du bonheur. Ouvrir les yeux sur toutes les croyances qu'on nous a apprises, qu'on a apprises par nos parents, par la société, par notre cercle proche. On en a déjà parlé dans ce podcast. Dans notre enfance, on a été conditionnés, j'en parle notamment dans l'épisode sur les messages contraignants, et dans ces conditionnements, on nous a appris différentes choses sur le bonheur. On nous a appris par exemple que pour être heureux, il fallait avoir de l'argent, du succès, avoir une famille. Bien sûr, ce sont des exemples. Et on a tellement intégré toutes ces croyances, toutes ces injonctions au bonheur, qu'on est persuadé qu'on le veut aussi, qu'on le veut sincèrement. Mais est-ce que c'est vraiment le cas en fait ? Alors si on ne fait pas attention, notre bonheur va reposer sur une vision du bonheur qu'on nous a apprise. sur une définition qu'on nous a inculquée malgré nous, définition qui d'ailleurs peut changer en fonction des familles, des cultures, des pays, des époques. Mais en fait, il n'y a pas de condition au bonheur, ou en tout cas pas celle qu'on nous impose. Le bonheur, du moins c'est ma vision, c'est quelque chose de très personnel, dont chacun doit définir les contours, et qui nous est accessible à tous. Peu importe notre passé, nos difficultés, notre culture, on peut tous être heureux, mais il faut le décider. Je ne dis pas que c'est simple, je dis juste que c'est possible. Voilà ce que j'avais à te dire aujourd'hui. En complément de ce podcast, je t'invite à aller écouter le replay de mon live sur psychologue.net, nos pistes pour être plus heureux. Je suis également très curieuse de savoir si cet épisode t'a parlé, ou si tu l'as trouvé complètement perché. N'hésite surtout pas à venir en discuter avec moi sur Instagram. Et bien sûr, si cet épisode t'a plu, si de manière générale tu apprécies le podcast, Je t'invite à le noter avec 5 étoiles et à me laisser un commentaire si ta plateforme d'écoute le permet. Ça m'aidera à le faire davantage connaître. Si tu es arrivé jusqu'ici, alors un grand merci à toi pour ton écoute. Et je te dis à 15 jours pour un nouvel épisode.

Share

Embed

You may also like