Sabine Gosselin : "Pour les pèlerins, Compostelle est aussi un chemin gastronomique" cover
Sabine Gosselin : "Pour les pèlerins, Compostelle est aussi un chemin gastronomique" cover
Place des religions

Sabine Gosselin : "Pour les pèlerins, Compostelle est aussi un chemin gastronomique"

Sabine Gosselin : "Pour les pèlerins, Compostelle est aussi un chemin gastronomique"

24min |03/11/2021
Play
Sabine Gosselin : "Pour les pèlerins, Compostelle est aussi un chemin gastronomique" cover
Sabine Gosselin : "Pour les pèlerins, Compostelle est aussi un chemin gastronomique" cover
Place des religions

Sabine Gosselin : "Pour les pèlerins, Compostelle est aussi un chemin gastronomique"

Sabine Gosselin : "Pour les pèlerins, Compostelle est aussi un chemin gastronomique"

24min |03/11/2021
Play

Description

Depuis 8 ans, Sabine Gosselin et son compagnon Sylvain tiennent un gîte d’étape sur le chemin de Compostelle, au cœur de la vallée du Lot, dans lequel ils servent une cuisine 100% maison. Pour elle, ces repas conviviaux participent au cheminement personnel et spirituel des pèlerins de Saint-Jacques.


► Saison 4, épisode 6 – Résumé :  


En cette soirée ensoleillée de fin octobre, ils sont une petite dizaine de pèlerins attablés autour d’une soupe au potiron, de verres de vin rouge et des gratins fumants du chaleureux gîte d’étape del Roumiou. Ils sont arrivés dans le petit village de Saint Côme d’Olt (Aveyron), sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Éprouvés par leur journée de marche, s’apprêtant à repartir aux aurores le lendemain matin, les convives s’extasient devant ces savoureux plats, faits maison.


"J’ai toujours cuisiné. À 4 ou 5 ans, je faisais déjà mes premiers gâteaux au yaourt, dans ma grande famille où nous étions 8 frères et sœurs. J’aimais traîner dans la cuisine, j’aimais les odeurs… C’est une ambiance qui me motivait", confie la quadragénaire.


Après une carrière dans la marine nationale, plusieurs ministères et quelques années passées au Québec, l’énergique mère de deux enfants est rentrée en France. Elle a elle-même décidé de partir en 2010, avec Sylvain, sur les chemins de Saint-Jacques. "C’était un coup de tête. Un peu comme une fuite au début… Mais après trois semaines de marche, je me suis découvert une quête spirituelle. On s’est rendu compte de ce qu’était notre liberté", poursuit celle qui avait grandi dans la tradition catholique avant "d’évoluer différemment", et qui s’est alors soudain mise à "chercher un mot d’encouragement" de "petite église en petite église".


En haute saison, Sabine et Sylvain hébergent chaque soir une vingtaine de pèlerins. Un rythme dense, motivé par leur commune envie "d’accueillir des gens", qui ne les empêche pas de mener de front d’autres ambitieux projets. En 2018, soucieuse "d’avoir des méthodes professionnelles en cuisine", Sabine a passé un CAP et parfait son apprentissage au sein du prestigieux café Bras, au cœur du musée Soulages de Rodez (Aveyron).


Après le confinement du printemps 2020, le couple a décidé d’aménager une vieille caravane en cuisine professionnelle pour en faire un "food truck", qui devrait bientôt partir écumer les routes du Puy-en-Velay à Santiago, en proposant des boîtes-repas au prix accessible et confectionnées avec des produits locaux.


Pour Sabine, le sens de l’accueil qu’ils ont cherché à développer dans leur gîte contribue au cheminement personnel et spirituel des pèlerins de Saint-Jacques, aux parcours de vie souvent cabossés. "Certes, ils arrivent à 15h et repartent à 8h le lendemain...  Nous avons avec eux des liens très éphémères mais très profonds", confie-t-elle non sans émotion, "on fait partie de leur chemin, de leur quête". 


► Parmi les autres personnalités invitées : Thierry Marx, chef doublement étoilé adepte du bouddhisme ; Florence Kahn, propriétaire d’une boutique de spécialités yiddish ; Djamel Bouhadda, chef du restaurant gastronomique halal Le Médaillon ; Stéphane Esclef, recteur de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre et ancien cuisinier dans des palaces parisiens ; Jean-Luc Gadreau, pasteur baptiste et pizzaïolo ; Emmanuel Renaut, chef trois étoiles fin connaisseur de la liqueur des chartreux ; Fatéma Hal, fondatrice du célèbre restaurant de spécialités marocaines Le Mansouria…  


► Chaque mercredi, écoutez un nouvel épisode sur le site et l’appli La Croix et sur toutes les plateformes de podcast. 


► Retrouvez toutes les saisons précédentes : 


Saison 1 : Ainsi soient-elles

Saison 2 : Paroles de politiques

Saison 3 : Le choix du risque 


► Vous avez une question ou une remarque ? Écrivez-nous à cette adresse : placedesreligions@bayard-presse.com

CRÉDITS :


Rédaction en chef : Jérôme Chapuis et Fabienne Lemahieu. Responsable éditorial : Clémence Maret. Journaliste au service Religion : Malo Tresca. Chargée de production : Célestine Albert-Steward. Réalisation : Flavien Edenne. Mixage : Gabriel Fadavi. Responsable marketing : Laurence Szabason. Identité graphique : Kimi Kimoki et Mathieu Ughetti. Création musicale : Arnaud Forest. 


Place des religions est un podcast original de LA CROIX – Novembre 2021

Description

Depuis 8 ans, Sabine Gosselin et son compagnon Sylvain tiennent un gîte d’étape sur le chemin de Compostelle, au cœur de la vallée du Lot, dans lequel ils servent une cuisine 100% maison. Pour elle, ces repas conviviaux participent au cheminement personnel et spirituel des pèlerins de Saint-Jacques.


► Saison 4, épisode 6 – Résumé :  


En cette soirée ensoleillée de fin octobre, ils sont une petite dizaine de pèlerins attablés autour d’une soupe au potiron, de verres de vin rouge et des gratins fumants du chaleureux gîte d’étape del Roumiou. Ils sont arrivés dans le petit village de Saint Côme d’Olt (Aveyron), sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Éprouvés par leur journée de marche, s’apprêtant à repartir aux aurores le lendemain matin, les convives s’extasient devant ces savoureux plats, faits maison.


"J’ai toujours cuisiné. À 4 ou 5 ans, je faisais déjà mes premiers gâteaux au yaourt, dans ma grande famille où nous étions 8 frères et sœurs. J’aimais traîner dans la cuisine, j’aimais les odeurs… C’est une ambiance qui me motivait", confie la quadragénaire.


Après une carrière dans la marine nationale, plusieurs ministères et quelques années passées au Québec, l’énergique mère de deux enfants est rentrée en France. Elle a elle-même décidé de partir en 2010, avec Sylvain, sur les chemins de Saint-Jacques. "C’était un coup de tête. Un peu comme une fuite au début… Mais après trois semaines de marche, je me suis découvert une quête spirituelle. On s’est rendu compte de ce qu’était notre liberté", poursuit celle qui avait grandi dans la tradition catholique avant "d’évoluer différemment", et qui s’est alors soudain mise à "chercher un mot d’encouragement" de "petite église en petite église".


En haute saison, Sabine et Sylvain hébergent chaque soir une vingtaine de pèlerins. Un rythme dense, motivé par leur commune envie "d’accueillir des gens", qui ne les empêche pas de mener de front d’autres ambitieux projets. En 2018, soucieuse "d’avoir des méthodes professionnelles en cuisine", Sabine a passé un CAP et parfait son apprentissage au sein du prestigieux café Bras, au cœur du musée Soulages de Rodez (Aveyron).


Après le confinement du printemps 2020, le couple a décidé d’aménager une vieille caravane en cuisine professionnelle pour en faire un "food truck", qui devrait bientôt partir écumer les routes du Puy-en-Velay à Santiago, en proposant des boîtes-repas au prix accessible et confectionnées avec des produits locaux.


Pour Sabine, le sens de l’accueil qu’ils ont cherché à développer dans leur gîte contribue au cheminement personnel et spirituel des pèlerins de Saint-Jacques, aux parcours de vie souvent cabossés. "Certes, ils arrivent à 15h et repartent à 8h le lendemain...  Nous avons avec eux des liens très éphémères mais très profonds", confie-t-elle non sans émotion, "on fait partie de leur chemin, de leur quête". 


► Parmi les autres personnalités invitées : Thierry Marx, chef doublement étoilé adepte du bouddhisme ; Florence Kahn, propriétaire d’une boutique de spécialités yiddish ; Djamel Bouhadda, chef du restaurant gastronomique halal Le Médaillon ; Stéphane Esclef, recteur de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre et ancien cuisinier dans des palaces parisiens ; Jean-Luc Gadreau, pasteur baptiste et pizzaïolo ; Emmanuel Renaut, chef trois étoiles fin connaisseur de la liqueur des chartreux ; Fatéma Hal, fondatrice du célèbre restaurant de spécialités marocaines Le Mansouria…  


► Chaque mercredi, écoutez un nouvel épisode sur le site et l’appli La Croix et sur toutes les plateformes de podcast. 


► Retrouvez toutes les saisons précédentes : 


Saison 1 : Ainsi soient-elles

Saison 2 : Paroles de politiques

Saison 3 : Le choix du risque 


► Vous avez une question ou une remarque ? Écrivez-nous à cette adresse : placedesreligions@bayard-presse.com

CRÉDITS :


Rédaction en chef : Jérôme Chapuis et Fabienne Lemahieu. Responsable éditorial : Clémence Maret. Journaliste au service Religion : Malo Tresca. Chargée de production : Célestine Albert-Steward. Réalisation : Flavien Edenne. Mixage : Gabriel Fadavi. Responsable marketing : Laurence Szabason. Identité graphique : Kimi Kimoki et Mathieu Ughetti. Création musicale : Arnaud Forest. 


Place des religions est un podcast original de LA CROIX – Novembre 2021

Share

Embed

You may also like

Description

Depuis 8 ans, Sabine Gosselin et son compagnon Sylvain tiennent un gîte d’étape sur le chemin de Compostelle, au cœur de la vallée du Lot, dans lequel ils servent une cuisine 100% maison. Pour elle, ces repas conviviaux participent au cheminement personnel et spirituel des pèlerins de Saint-Jacques.


► Saison 4, épisode 6 – Résumé :  


En cette soirée ensoleillée de fin octobre, ils sont une petite dizaine de pèlerins attablés autour d’une soupe au potiron, de verres de vin rouge et des gratins fumants du chaleureux gîte d’étape del Roumiou. Ils sont arrivés dans le petit village de Saint Côme d’Olt (Aveyron), sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Éprouvés par leur journée de marche, s’apprêtant à repartir aux aurores le lendemain matin, les convives s’extasient devant ces savoureux plats, faits maison.


"J’ai toujours cuisiné. À 4 ou 5 ans, je faisais déjà mes premiers gâteaux au yaourt, dans ma grande famille où nous étions 8 frères et sœurs. J’aimais traîner dans la cuisine, j’aimais les odeurs… C’est une ambiance qui me motivait", confie la quadragénaire.


Après une carrière dans la marine nationale, plusieurs ministères et quelques années passées au Québec, l’énergique mère de deux enfants est rentrée en France. Elle a elle-même décidé de partir en 2010, avec Sylvain, sur les chemins de Saint-Jacques. "C’était un coup de tête. Un peu comme une fuite au début… Mais après trois semaines de marche, je me suis découvert une quête spirituelle. On s’est rendu compte de ce qu’était notre liberté", poursuit celle qui avait grandi dans la tradition catholique avant "d’évoluer différemment", et qui s’est alors soudain mise à "chercher un mot d’encouragement" de "petite église en petite église".


En haute saison, Sabine et Sylvain hébergent chaque soir une vingtaine de pèlerins. Un rythme dense, motivé par leur commune envie "d’accueillir des gens", qui ne les empêche pas de mener de front d’autres ambitieux projets. En 2018, soucieuse "d’avoir des méthodes professionnelles en cuisine", Sabine a passé un CAP et parfait son apprentissage au sein du prestigieux café Bras, au cœur du musée Soulages de Rodez (Aveyron).


Après le confinement du printemps 2020, le couple a décidé d’aménager une vieille caravane en cuisine professionnelle pour en faire un "food truck", qui devrait bientôt partir écumer les routes du Puy-en-Velay à Santiago, en proposant des boîtes-repas au prix accessible et confectionnées avec des produits locaux.


Pour Sabine, le sens de l’accueil qu’ils ont cherché à développer dans leur gîte contribue au cheminement personnel et spirituel des pèlerins de Saint-Jacques, aux parcours de vie souvent cabossés. "Certes, ils arrivent à 15h et repartent à 8h le lendemain...  Nous avons avec eux des liens très éphémères mais très profonds", confie-t-elle non sans émotion, "on fait partie de leur chemin, de leur quête". 


► Parmi les autres personnalités invitées : Thierry Marx, chef doublement étoilé adepte du bouddhisme ; Florence Kahn, propriétaire d’une boutique de spécialités yiddish ; Djamel Bouhadda, chef du restaurant gastronomique halal Le Médaillon ; Stéphane Esclef, recteur de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre et ancien cuisinier dans des palaces parisiens ; Jean-Luc Gadreau, pasteur baptiste et pizzaïolo ; Emmanuel Renaut, chef trois étoiles fin connaisseur de la liqueur des chartreux ; Fatéma Hal, fondatrice du célèbre restaurant de spécialités marocaines Le Mansouria…  


► Chaque mercredi, écoutez un nouvel épisode sur le site et l’appli La Croix et sur toutes les plateformes de podcast. 


► Retrouvez toutes les saisons précédentes : 


Saison 1 : Ainsi soient-elles

Saison 2 : Paroles de politiques

Saison 3 : Le choix du risque 


► Vous avez une question ou une remarque ? Écrivez-nous à cette adresse : placedesreligions@bayard-presse.com

CRÉDITS :


Rédaction en chef : Jérôme Chapuis et Fabienne Lemahieu. Responsable éditorial : Clémence Maret. Journaliste au service Religion : Malo Tresca. Chargée de production : Célestine Albert-Steward. Réalisation : Flavien Edenne. Mixage : Gabriel Fadavi. Responsable marketing : Laurence Szabason. Identité graphique : Kimi Kimoki et Mathieu Ughetti. Création musicale : Arnaud Forest. 


Place des religions est un podcast original de LA CROIX – Novembre 2021

Description

Depuis 8 ans, Sabine Gosselin et son compagnon Sylvain tiennent un gîte d’étape sur le chemin de Compostelle, au cœur de la vallée du Lot, dans lequel ils servent une cuisine 100% maison. Pour elle, ces repas conviviaux participent au cheminement personnel et spirituel des pèlerins de Saint-Jacques.


► Saison 4, épisode 6 – Résumé :  


En cette soirée ensoleillée de fin octobre, ils sont une petite dizaine de pèlerins attablés autour d’une soupe au potiron, de verres de vin rouge et des gratins fumants du chaleureux gîte d’étape del Roumiou. Ils sont arrivés dans le petit village de Saint Côme d’Olt (Aveyron), sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Éprouvés par leur journée de marche, s’apprêtant à repartir aux aurores le lendemain matin, les convives s’extasient devant ces savoureux plats, faits maison.


"J’ai toujours cuisiné. À 4 ou 5 ans, je faisais déjà mes premiers gâteaux au yaourt, dans ma grande famille où nous étions 8 frères et sœurs. J’aimais traîner dans la cuisine, j’aimais les odeurs… C’est une ambiance qui me motivait", confie la quadragénaire.


Après une carrière dans la marine nationale, plusieurs ministères et quelques années passées au Québec, l’énergique mère de deux enfants est rentrée en France. Elle a elle-même décidé de partir en 2010, avec Sylvain, sur les chemins de Saint-Jacques. "C’était un coup de tête. Un peu comme une fuite au début… Mais après trois semaines de marche, je me suis découvert une quête spirituelle. On s’est rendu compte de ce qu’était notre liberté", poursuit celle qui avait grandi dans la tradition catholique avant "d’évoluer différemment", et qui s’est alors soudain mise à "chercher un mot d’encouragement" de "petite église en petite église".


En haute saison, Sabine et Sylvain hébergent chaque soir une vingtaine de pèlerins. Un rythme dense, motivé par leur commune envie "d’accueillir des gens", qui ne les empêche pas de mener de front d’autres ambitieux projets. En 2018, soucieuse "d’avoir des méthodes professionnelles en cuisine", Sabine a passé un CAP et parfait son apprentissage au sein du prestigieux café Bras, au cœur du musée Soulages de Rodez (Aveyron).


Après le confinement du printemps 2020, le couple a décidé d’aménager une vieille caravane en cuisine professionnelle pour en faire un "food truck", qui devrait bientôt partir écumer les routes du Puy-en-Velay à Santiago, en proposant des boîtes-repas au prix accessible et confectionnées avec des produits locaux.


Pour Sabine, le sens de l’accueil qu’ils ont cherché à développer dans leur gîte contribue au cheminement personnel et spirituel des pèlerins de Saint-Jacques, aux parcours de vie souvent cabossés. "Certes, ils arrivent à 15h et repartent à 8h le lendemain...  Nous avons avec eux des liens très éphémères mais très profonds", confie-t-elle non sans émotion, "on fait partie de leur chemin, de leur quête". 


► Parmi les autres personnalités invitées : Thierry Marx, chef doublement étoilé adepte du bouddhisme ; Florence Kahn, propriétaire d’une boutique de spécialités yiddish ; Djamel Bouhadda, chef du restaurant gastronomique halal Le Médaillon ; Stéphane Esclef, recteur de la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre et ancien cuisinier dans des palaces parisiens ; Jean-Luc Gadreau, pasteur baptiste et pizzaïolo ; Emmanuel Renaut, chef trois étoiles fin connaisseur de la liqueur des chartreux ; Fatéma Hal, fondatrice du célèbre restaurant de spécialités marocaines Le Mansouria…  


► Chaque mercredi, écoutez un nouvel épisode sur le site et l’appli La Croix et sur toutes les plateformes de podcast. 


► Retrouvez toutes les saisons précédentes : 


Saison 1 : Ainsi soient-elles

Saison 2 : Paroles de politiques

Saison 3 : Le choix du risque 


► Vous avez une question ou une remarque ? Écrivez-nous à cette adresse : placedesreligions@bayard-presse.com

CRÉDITS :


Rédaction en chef : Jérôme Chapuis et Fabienne Lemahieu. Responsable éditorial : Clémence Maret. Journaliste au service Religion : Malo Tresca. Chargée de production : Célestine Albert-Steward. Réalisation : Flavien Edenne. Mixage : Gabriel Fadavi. Responsable marketing : Laurence Szabason. Identité graphique : Kimi Kimoki et Mathieu Ughetti. Création musicale : Arnaud Forest. 


Place des religions est un podcast original de LA CROIX – Novembre 2021

Share

Embed

You may also like