undefined cover
undefined cover
VISION #25 - BETTINA PITTALUGA cover
VISION #25 - BETTINA PITTALUGA cover
Vision(s)

VISION #25 - BETTINA PITTALUGA

VISION #25 - BETTINA PITTALUGA

44min |01/12/2021
Play
undefined cover
undefined cover
VISION #25 - BETTINA PITTALUGA cover
VISION #25 - BETTINA PITTALUGA cover
Vision(s)

VISION #25 - BETTINA PITTALUGA

VISION #25 - BETTINA PITTALUGA

44min |01/12/2021
Play

Description

Chaque vision est singulière, porteuse de sens et de changement. Le but de ce format est de rassembler de nombreux artistes et que chacun nous délivre sa vision et son expérience de la photographie.

   

La porte s’ouvre : béquilles en main, une jambe plâtrée, déjà criblée de dessins ou de mots en tout genre. Bettina Pittaluga sort d’un petit accident mais les yeux sont pétillants et le sourire, bien présent. Dès les premières secondes, je peux deviner chez elle une spontanéité et une intégrité peu commune. La configuration est plutôt originale. Allongée sur son lit, la jambe en question posée sur un coussin, je me place à côté d’elle, sur une chaise de bureau. L’entretien prend l’apparence d’un début de séance chez le psy. Et si Vision(s) était en quelque sorte une thérapie pour certaines et certaines photographes que je rencontre ? Je me pose la question et je souris intérieurement. Je mets mon casque, fais un test son, et l’entretien commence.   

  

Bettina Pittaluga est une photographe franco-uruguayenne qui est né à Cuges-les-Pins, dans le sud de la France. Après plusieurs déménagements, elle arrive à Paris à l’âge de 16 ans, bien entourée par ses frères. En parallèle de ses études (en photographie, puis en sociologie et au Celsa…), elle enchaîne les petits boulots, notamment en restauration. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le travail ne lui fait pas peur. 


Bettina aime expérimenter et va au bout de ses idées. Dès l’adolescence, la photographie s’immisce dans sa vie et devient rapidement un moyen pour elle de s’exprimer. C’est bien plus tard qu’elle comprend qu’elle peut en faire son métier. En postant régulièrement des images sur les réseaux et son site, les retours sont très positifs. Finalement, elle décide récemment de se lancer corps et âme dans une carrière de photographe et de faire table rase du reste, en tout cas pour le moment.

  

Ses sujets de prédilection ? Les humains. Elle photographie tout naturellement son entourage : ses nombreux ami(e)s, sa famille, ses rencontres fortuites... Elle met en exergue, à travers des portraits intimistes et sensibles, les luttes de celles et ceux que l’on considère habituellement comme des « minorités », des personnes LGBTQIA+ ou des afro-descendant·e·s, en passant par le combat contre la grossophobie… Des corps en lutte et une attention particulière pour la peau et ses différentes textures et couleurs, l’émotion véhiculée par les gestes tendres, l’amour et la chaleur humaine… Son approche de la photographe, très « physique » et instinctive, comme elle, est liée aux sens, comme le toucher et se veut le plus proche possible de la réalité.

  

Dans ce podcast, Bettina Pittaluga nous parle de son processus créatif (de la prise de vue à la post-production), de photographie et de tirage argentique, notamment de Diamantino Quintas, avec qui elle collabore régulièrement. Elle évoque également son interaction et sa « connexion » avec les modèles qu’elle photographie, sa fascination pour la lumière et certaines couleurs. Elle se livre sur son rapport à la sincérité, intimement lié au regard frontal de ses sujets, de ses compositions instinctives… Enfin, elle nous parle en profondeur de certaines photographies et expériences marquantes. Nous vous souhaitons une excellente écoute !    


Musiques utilisées dans le podcast


Phone Call

Composée par Daniel Malet et Benjamin Benamou 


Nice Boat

Composée par Daniel Malet, Benjamin Benamou et Tony Lecorne 

Paroles de Sabrina Bellaouel, Benjamin Benamou et Daniel Malet 


Oh, We Can Fly !

Composée par Daniel Malet, Benjamin Benamou et Tony Lecorne 

Paroles de Benjamin Benamou 


Essayez gratuitement Lightroom pendant 7 jours : 


http://urlr.me/HbxDw 


Nous soutenir 


https://visionspodcast.fr/nous-soutenir/   


Pour aller plus loin 


Vincent Dessaily, Neïla Czermak Ichti, Lisa Signorini, Mathieu Rigouste, Diadié Diombana, Chez Francis, Diamantino Quintas, Pro Image Service, Boycott Magazine, Alexia Fiasco, Espace Angela Davis.


Liens 


https://www.instagram.com/bettinapittaluga/ 


https://www.instagram.com/podcastvisions/   

https://www.visionspodcast.fr/   

Description

Chaque vision est singulière, porteuse de sens et de changement. Le but de ce format est de rassembler de nombreux artistes et que chacun nous délivre sa vision et son expérience de la photographie.

   

La porte s’ouvre : béquilles en main, une jambe plâtrée, déjà criblée de dessins ou de mots en tout genre. Bettina Pittaluga sort d’un petit accident mais les yeux sont pétillants et le sourire, bien présent. Dès les premières secondes, je peux deviner chez elle une spontanéité et une intégrité peu commune. La configuration est plutôt originale. Allongée sur son lit, la jambe en question posée sur un coussin, je me place à côté d’elle, sur une chaise de bureau. L’entretien prend l’apparence d’un début de séance chez le psy. Et si Vision(s) était en quelque sorte une thérapie pour certaines et certaines photographes que je rencontre ? Je me pose la question et je souris intérieurement. Je mets mon casque, fais un test son, et l’entretien commence.   

  

Bettina Pittaluga est une photographe franco-uruguayenne qui est né à Cuges-les-Pins, dans le sud de la France. Après plusieurs déménagements, elle arrive à Paris à l’âge de 16 ans, bien entourée par ses frères. En parallèle de ses études (en photographie, puis en sociologie et au Celsa…), elle enchaîne les petits boulots, notamment en restauration. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le travail ne lui fait pas peur. 


Bettina aime expérimenter et va au bout de ses idées. Dès l’adolescence, la photographie s’immisce dans sa vie et devient rapidement un moyen pour elle de s’exprimer. C’est bien plus tard qu’elle comprend qu’elle peut en faire son métier. En postant régulièrement des images sur les réseaux et son site, les retours sont très positifs. Finalement, elle décide récemment de se lancer corps et âme dans une carrière de photographe et de faire table rase du reste, en tout cas pour le moment.

  

Ses sujets de prédilection ? Les humains. Elle photographie tout naturellement son entourage : ses nombreux ami(e)s, sa famille, ses rencontres fortuites... Elle met en exergue, à travers des portraits intimistes et sensibles, les luttes de celles et ceux que l’on considère habituellement comme des « minorités », des personnes LGBTQIA+ ou des afro-descendant·e·s, en passant par le combat contre la grossophobie… Des corps en lutte et une attention particulière pour la peau et ses différentes textures et couleurs, l’émotion véhiculée par les gestes tendres, l’amour et la chaleur humaine… Son approche de la photographe, très « physique » et instinctive, comme elle, est liée aux sens, comme le toucher et se veut le plus proche possible de la réalité.

  

Dans ce podcast, Bettina Pittaluga nous parle de son processus créatif (de la prise de vue à la post-production), de photographie et de tirage argentique, notamment de Diamantino Quintas, avec qui elle collabore régulièrement. Elle évoque également son interaction et sa « connexion » avec les modèles qu’elle photographie, sa fascination pour la lumière et certaines couleurs. Elle se livre sur son rapport à la sincérité, intimement lié au regard frontal de ses sujets, de ses compositions instinctives… Enfin, elle nous parle en profondeur de certaines photographies et expériences marquantes. Nous vous souhaitons une excellente écoute !    


Musiques utilisées dans le podcast


Phone Call

Composée par Daniel Malet et Benjamin Benamou 


Nice Boat

Composée par Daniel Malet, Benjamin Benamou et Tony Lecorne 

Paroles de Sabrina Bellaouel, Benjamin Benamou et Daniel Malet 


Oh, We Can Fly !

Composée par Daniel Malet, Benjamin Benamou et Tony Lecorne 

Paroles de Benjamin Benamou 


Essayez gratuitement Lightroom pendant 7 jours : 


http://urlr.me/HbxDw 


Nous soutenir 


https://visionspodcast.fr/nous-soutenir/   


Pour aller plus loin 


Vincent Dessaily, Neïla Czermak Ichti, Lisa Signorini, Mathieu Rigouste, Diadié Diombana, Chez Francis, Diamantino Quintas, Pro Image Service, Boycott Magazine, Alexia Fiasco, Espace Angela Davis.


Liens 


https://www.instagram.com/bettinapittaluga/ 


https://www.instagram.com/podcastvisions/   

https://www.visionspodcast.fr/   

Share

Embed

You may also like

Description

Chaque vision est singulière, porteuse de sens et de changement. Le but de ce format est de rassembler de nombreux artistes et que chacun nous délivre sa vision et son expérience de la photographie.

   

La porte s’ouvre : béquilles en main, une jambe plâtrée, déjà criblée de dessins ou de mots en tout genre. Bettina Pittaluga sort d’un petit accident mais les yeux sont pétillants et le sourire, bien présent. Dès les premières secondes, je peux deviner chez elle une spontanéité et une intégrité peu commune. La configuration est plutôt originale. Allongée sur son lit, la jambe en question posée sur un coussin, je me place à côté d’elle, sur une chaise de bureau. L’entretien prend l’apparence d’un début de séance chez le psy. Et si Vision(s) était en quelque sorte une thérapie pour certaines et certaines photographes que je rencontre ? Je me pose la question et je souris intérieurement. Je mets mon casque, fais un test son, et l’entretien commence.   

  

Bettina Pittaluga est une photographe franco-uruguayenne qui est né à Cuges-les-Pins, dans le sud de la France. Après plusieurs déménagements, elle arrive à Paris à l’âge de 16 ans, bien entourée par ses frères. En parallèle de ses études (en photographie, puis en sociologie et au Celsa…), elle enchaîne les petits boulots, notamment en restauration. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le travail ne lui fait pas peur. 


Bettina aime expérimenter et va au bout de ses idées. Dès l’adolescence, la photographie s’immisce dans sa vie et devient rapidement un moyen pour elle de s’exprimer. C’est bien plus tard qu’elle comprend qu’elle peut en faire son métier. En postant régulièrement des images sur les réseaux et son site, les retours sont très positifs. Finalement, elle décide récemment de se lancer corps et âme dans une carrière de photographe et de faire table rase du reste, en tout cas pour le moment.

  

Ses sujets de prédilection ? Les humains. Elle photographie tout naturellement son entourage : ses nombreux ami(e)s, sa famille, ses rencontres fortuites... Elle met en exergue, à travers des portraits intimistes et sensibles, les luttes de celles et ceux que l’on considère habituellement comme des « minorités », des personnes LGBTQIA+ ou des afro-descendant·e·s, en passant par le combat contre la grossophobie… Des corps en lutte et une attention particulière pour la peau et ses différentes textures et couleurs, l’émotion véhiculée par les gestes tendres, l’amour et la chaleur humaine… Son approche de la photographe, très « physique » et instinctive, comme elle, est liée aux sens, comme le toucher et se veut le plus proche possible de la réalité.

  

Dans ce podcast, Bettina Pittaluga nous parle de son processus créatif (de la prise de vue à la post-production), de photographie et de tirage argentique, notamment de Diamantino Quintas, avec qui elle collabore régulièrement. Elle évoque également son interaction et sa « connexion » avec les modèles qu’elle photographie, sa fascination pour la lumière et certaines couleurs. Elle se livre sur son rapport à la sincérité, intimement lié au regard frontal de ses sujets, de ses compositions instinctives… Enfin, elle nous parle en profondeur de certaines photographies et expériences marquantes. Nous vous souhaitons une excellente écoute !    


Musiques utilisées dans le podcast


Phone Call

Composée par Daniel Malet et Benjamin Benamou 


Nice Boat

Composée par Daniel Malet, Benjamin Benamou et Tony Lecorne 

Paroles de Sabrina Bellaouel, Benjamin Benamou et Daniel Malet 


Oh, We Can Fly !

Composée par Daniel Malet, Benjamin Benamou et Tony Lecorne 

Paroles de Benjamin Benamou 


Essayez gratuitement Lightroom pendant 7 jours : 


http://urlr.me/HbxDw 


Nous soutenir 


https://visionspodcast.fr/nous-soutenir/   


Pour aller plus loin 


Vincent Dessaily, Neïla Czermak Ichti, Lisa Signorini, Mathieu Rigouste, Diadié Diombana, Chez Francis, Diamantino Quintas, Pro Image Service, Boycott Magazine, Alexia Fiasco, Espace Angela Davis.


Liens 


https://www.instagram.com/bettinapittaluga/ 


https://www.instagram.com/podcastvisions/   

https://www.visionspodcast.fr/   

Description

Chaque vision est singulière, porteuse de sens et de changement. Le but de ce format est de rassembler de nombreux artistes et que chacun nous délivre sa vision et son expérience de la photographie.

   

La porte s’ouvre : béquilles en main, une jambe plâtrée, déjà criblée de dessins ou de mots en tout genre. Bettina Pittaluga sort d’un petit accident mais les yeux sont pétillants et le sourire, bien présent. Dès les premières secondes, je peux deviner chez elle une spontanéité et une intégrité peu commune. La configuration est plutôt originale. Allongée sur son lit, la jambe en question posée sur un coussin, je me place à côté d’elle, sur une chaise de bureau. L’entretien prend l’apparence d’un début de séance chez le psy. Et si Vision(s) était en quelque sorte une thérapie pour certaines et certaines photographes que je rencontre ? Je me pose la question et je souris intérieurement. Je mets mon casque, fais un test son, et l’entretien commence.   

  

Bettina Pittaluga est une photographe franco-uruguayenne qui est né à Cuges-les-Pins, dans le sud de la France. Après plusieurs déménagements, elle arrive à Paris à l’âge de 16 ans, bien entourée par ses frères. En parallèle de ses études (en photographie, puis en sociologie et au Celsa…), elle enchaîne les petits boulots, notamment en restauration. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le travail ne lui fait pas peur. 


Bettina aime expérimenter et va au bout de ses idées. Dès l’adolescence, la photographie s’immisce dans sa vie et devient rapidement un moyen pour elle de s’exprimer. C’est bien plus tard qu’elle comprend qu’elle peut en faire son métier. En postant régulièrement des images sur les réseaux et son site, les retours sont très positifs. Finalement, elle décide récemment de se lancer corps et âme dans une carrière de photographe et de faire table rase du reste, en tout cas pour le moment.

  

Ses sujets de prédilection ? Les humains. Elle photographie tout naturellement son entourage : ses nombreux ami(e)s, sa famille, ses rencontres fortuites... Elle met en exergue, à travers des portraits intimistes et sensibles, les luttes de celles et ceux que l’on considère habituellement comme des « minorités », des personnes LGBTQIA+ ou des afro-descendant·e·s, en passant par le combat contre la grossophobie… Des corps en lutte et une attention particulière pour la peau et ses différentes textures et couleurs, l’émotion véhiculée par les gestes tendres, l’amour et la chaleur humaine… Son approche de la photographe, très « physique » et instinctive, comme elle, est liée aux sens, comme le toucher et se veut le plus proche possible de la réalité.

  

Dans ce podcast, Bettina Pittaluga nous parle de son processus créatif (de la prise de vue à la post-production), de photographie et de tirage argentique, notamment de Diamantino Quintas, avec qui elle collabore régulièrement. Elle évoque également son interaction et sa « connexion » avec les modèles qu’elle photographie, sa fascination pour la lumière et certaines couleurs. Elle se livre sur son rapport à la sincérité, intimement lié au regard frontal de ses sujets, de ses compositions instinctives… Enfin, elle nous parle en profondeur de certaines photographies et expériences marquantes. Nous vous souhaitons une excellente écoute !    


Musiques utilisées dans le podcast


Phone Call

Composée par Daniel Malet et Benjamin Benamou 


Nice Boat

Composée par Daniel Malet, Benjamin Benamou et Tony Lecorne 

Paroles de Sabrina Bellaouel, Benjamin Benamou et Daniel Malet 


Oh, We Can Fly !

Composée par Daniel Malet, Benjamin Benamou et Tony Lecorne 

Paroles de Benjamin Benamou 


Essayez gratuitement Lightroom pendant 7 jours : 


http://urlr.me/HbxDw 


Nous soutenir 


https://visionspodcast.fr/nous-soutenir/   


Pour aller plus loin 


Vincent Dessaily, Neïla Czermak Ichti, Lisa Signorini, Mathieu Rigouste, Diadié Diombana, Chez Francis, Diamantino Quintas, Pro Image Service, Boycott Magazine, Alexia Fiasco, Espace Angela Davis.


Liens 


https://www.instagram.com/bettinapittaluga/ 


https://www.instagram.com/podcastvisions/   

https://www.visionspodcast.fr/   

Share

Embed

You may also like