undefined cover
undefined cover
VISION #22 - MARIE QUEAU cover
VISION #22 - MARIE QUEAU cover
Vision(s)

VISION #22 - MARIE QUEAU

VISION #22 - MARIE QUEAU

37min |20/10/2021
Play
undefined cover
undefined cover
VISION #22 - MARIE QUEAU cover
VISION #22 - MARIE QUEAU cover
Vision(s)

VISION #22 - MARIE QUEAU

VISION #22 - MARIE QUEAU

37min |20/10/2021
Play

Description

Chaque vision est singulière, porteuse de sens et de changement. Le but de ce format est de rassembler de nombreux artistes et que chacun nous délivre sa vision et son expérience de la photographie.

   

Une petite voix enjouée mais convaincante, au débit rapide et saccadé, le tout accompagné par la musique électronique du compositeur et musicien December. Dès le début du podcast, la description d’une première image nous plonge instantanément dans un univers étrange et « différent ». On préfère vous prévenir, pour écouter ce passionnant Vision #22, il faudra garder l’esprit alerte. Les pensées de l’artiste-photographe Marie Queau sont rapides et fluctuantes, elles fourmillent pour notre plus grand plaisir ! 

  

Avec une formation littéraire et une passion pour la danse, le rapport au corps et à la musique a été présent dès le départ pour l’artiste. Marie Queau choisit le médium photographique comme moyen de « cadrer ce qui déborde dans sa tête ». Diplômée de l’ENSP d’Arles en 2009, elle construit aujourd’hui des projets dont l’approche peut parfois sembler paradoxale — à la fois très ancrée dans le réel mais aussi « à l’écart », inspirée par l’imaginaire collectif et la science-fiction. L’univers, immersif, est souvent sombre, inquiétant et presque étouffant.  

  

Dans ce podcast, nous parlons spécifiquement de deux séries. La première, Odds and ends, est une enquête qui regroupe environ 90 images, débutée le 13 février 2013 à Châteauroux et qui s’achève le 18 novembre 2018 à Kourou, en Guyane. Elle se présente comme une investigation photographique des signes de la fin du monde. Sans présence humaine, trois éléments (le vent, la terre et le feu) ont guidé Marie Queau dans la construction de cette fable. Comme elle l’explique, « le temps est volontairement suspendu pour assourdir la vie. » Cette série a fait également l’objet d’un magnifique livre publié chez Area Books.  

  

Le Royaume, quant à lui, est un projet très « plastique », qui dresse le portrait d’une communauté imaginaire. Il y a cette fois-ci une présence humaine récurrente, même si elle incarnée de manière singulière, surtout par le biais de détails, de textures, de gestes et de formes. Le réel, ici une course dans la boue, est la matière première pour créer cette fiction, un monde rêvé teinté de magie et de rituels. Ces corps sont traversés par un passé qui nous déstabilise car il rappelle des temps lointains (le Moyen Âge, la Renaissance) ou même les corps pétrifiés de Pompéi. Le lien se fait avec le rapport très particulier de la photographe avec la ruine, vestige d’un passé, d’un temps suspendu. 

 

En périphérie de ces deux projets, plusieurs sujets sont abordés avec Marie Queau : son rapport à la narration et ses photographies réalisées sur un temps long, en y ajoutant des éléments au fur et à mesure, comme un puzzle. Il est évoqué également son rapport à l’esthétique. Ce mélange d’images en noir et blanc et en couleur, qui pourtant n’enlève rien à l’unité globale. Des couleurs non saturées, presque pâles, un noir et blanc assez doux, tirant vers le gris. Enfin, nous parlons également de son approche du livre et de son rapport à la musique, notamment de la collaboration avec December


Essayez gratuitement Lightroom pendant 7 jours : 


http://urlr.me/HbxDw


Nous soutenir 


https://visionspodcast.fr/nous-soutenir/   


Pour aller plus loin 


Gabriel Orozco, Lewis Baltz, Sur le globe d’argent de Andrzej Zulawski, July 15th, 4am de December, CNES, Area Books, Amélie Lucas-Gary, Loose Joints, Entorse Magazine, Benjamin Schmuck


Liens 

https://www.instagram.com/mariequeau/ 

https://www.mariequeau.com/ 


https://www.instagram.com/podcastvisions/   

https://www.visionspodcast.fr/   

Description

Chaque vision est singulière, porteuse de sens et de changement. Le but de ce format est de rassembler de nombreux artistes et que chacun nous délivre sa vision et son expérience de la photographie.

   

Une petite voix enjouée mais convaincante, au débit rapide et saccadé, le tout accompagné par la musique électronique du compositeur et musicien December. Dès le début du podcast, la description d’une première image nous plonge instantanément dans un univers étrange et « différent ». On préfère vous prévenir, pour écouter ce passionnant Vision #22, il faudra garder l’esprit alerte. Les pensées de l’artiste-photographe Marie Queau sont rapides et fluctuantes, elles fourmillent pour notre plus grand plaisir ! 

  

Avec une formation littéraire et une passion pour la danse, le rapport au corps et à la musique a été présent dès le départ pour l’artiste. Marie Queau choisit le médium photographique comme moyen de « cadrer ce qui déborde dans sa tête ». Diplômée de l’ENSP d’Arles en 2009, elle construit aujourd’hui des projets dont l’approche peut parfois sembler paradoxale — à la fois très ancrée dans le réel mais aussi « à l’écart », inspirée par l’imaginaire collectif et la science-fiction. L’univers, immersif, est souvent sombre, inquiétant et presque étouffant.  

  

Dans ce podcast, nous parlons spécifiquement de deux séries. La première, Odds and ends, est une enquête qui regroupe environ 90 images, débutée le 13 février 2013 à Châteauroux et qui s’achève le 18 novembre 2018 à Kourou, en Guyane. Elle se présente comme une investigation photographique des signes de la fin du monde. Sans présence humaine, trois éléments (le vent, la terre et le feu) ont guidé Marie Queau dans la construction de cette fable. Comme elle l’explique, « le temps est volontairement suspendu pour assourdir la vie. » Cette série a fait également l’objet d’un magnifique livre publié chez Area Books.  

  

Le Royaume, quant à lui, est un projet très « plastique », qui dresse le portrait d’une communauté imaginaire. Il y a cette fois-ci une présence humaine récurrente, même si elle incarnée de manière singulière, surtout par le biais de détails, de textures, de gestes et de formes. Le réel, ici une course dans la boue, est la matière première pour créer cette fiction, un monde rêvé teinté de magie et de rituels. Ces corps sont traversés par un passé qui nous déstabilise car il rappelle des temps lointains (le Moyen Âge, la Renaissance) ou même les corps pétrifiés de Pompéi. Le lien se fait avec le rapport très particulier de la photographe avec la ruine, vestige d’un passé, d’un temps suspendu. 

 

En périphérie de ces deux projets, plusieurs sujets sont abordés avec Marie Queau : son rapport à la narration et ses photographies réalisées sur un temps long, en y ajoutant des éléments au fur et à mesure, comme un puzzle. Il est évoqué également son rapport à l’esthétique. Ce mélange d’images en noir et blanc et en couleur, qui pourtant n’enlève rien à l’unité globale. Des couleurs non saturées, presque pâles, un noir et blanc assez doux, tirant vers le gris. Enfin, nous parlons également de son approche du livre et de son rapport à la musique, notamment de la collaboration avec December


Essayez gratuitement Lightroom pendant 7 jours : 


http://urlr.me/HbxDw


Nous soutenir 


https://visionspodcast.fr/nous-soutenir/   


Pour aller plus loin 


Gabriel Orozco, Lewis Baltz, Sur le globe d’argent de Andrzej Zulawski, July 15th, 4am de December, CNES, Area Books, Amélie Lucas-Gary, Loose Joints, Entorse Magazine, Benjamin Schmuck


Liens 

https://www.instagram.com/mariequeau/ 

https://www.mariequeau.com/ 


https://www.instagram.com/podcastvisions/   

https://www.visionspodcast.fr/   

Share

Embed

You may also like

Description

Chaque vision est singulière, porteuse de sens et de changement. Le but de ce format est de rassembler de nombreux artistes et que chacun nous délivre sa vision et son expérience de la photographie.

   

Une petite voix enjouée mais convaincante, au débit rapide et saccadé, le tout accompagné par la musique électronique du compositeur et musicien December. Dès le début du podcast, la description d’une première image nous plonge instantanément dans un univers étrange et « différent ». On préfère vous prévenir, pour écouter ce passionnant Vision #22, il faudra garder l’esprit alerte. Les pensées de l’artiste-photographe Marie Queau sont rapides et fluctuantes, elles fourmillent pour notre plus grand plaisir ! 

  

Avec une formation littéraire et une passion pour la danse, le rapport au corps et à la musique a été présent dès le départ pour l’artiste. Marie Queau choisit le médium photographique comme moyen de « cadrer ce qui déborde dans sa tête ». Diplômée de l’ENSP d’Arles en 2009, elle construit aujourd’hui des projets dont l’approche peut parfois sembler paradoxale — à la fois très ancrée dans le réel mais aussi « à l’écart », inspirée par l’imaginaire collectif et la science-fiction. L’univers, immersif, est souvent sombre, inquiétant et presque étouffant.  

  

Dans ce podcast, nous parlons spécifiquement de deux séries. La première, Odds and ends, est une enquête qui regroupe environ 90 images, débutée le 13 février 2013 à Châteauroux et qui s’achève le 18 novembre 2018 à Kourou, en Guyane. Elle se présente comme une investigation photographique des signes de la fin du monde. Sans présence humaine, trois éléments (le vent, la terre et le feu) ont guidé Marie Queau dans la construction de cette fable. Comme elle l’explique, « le temps est volontairement suspendu pour assourdir la vie. » Cette série a fait également l’objet d’un magnifique livre publié chez Area Books.  

  

Le Royaume, quant à lui, est un projet très « plastique », qui dresse le portrait d’une communauté imaginaire. Il y a cette fois-ci une présence humaine récurrente, même si elle incarnée de manière singulière, surtout par le biais de détails, de textures, de gestes et de formes. Le réel, ici une course dans la boue, est la matière première pour créer cette fiction, un monde rêvé teinté de magie et de rituels. Ces corps sont traversés par un passé qui nous déstabilise car il rappelle des temps lointains (le Moyen Âge, la Renaissance) ou même les corps pétrifiés de Pompéi. Le lien se fait avec le rapport très particulier de la photographe avec la ruine, vestige d’un passé, d’un temps suspendu. 

 

En périphérie de ces deux projets, plusieurs sujets sont abordés avec Marie Queau : son rapport à la narration et ses photographies réalisées sur un temps long, en y ajoutant des éléments au fur et à mesure, comme un puzzle. Il est évoqué également son rapport à l’esthétique. Ce mélange d’images en noir et blanc et en couleur, qui pourtant n’enlève rien à l’unité globale. Des couleurs non saturées, presque pâles, un noir et blanc assez doux, tirant vers le gris. Enfin, nous parlons également de son approche du livre et de son rapport à la musique, notamment de la collaboration avec December


Essayez gratuitement Lightroom pendant 7 jours : 


http://urlr.me/HbxDw


Nous soutenir 


https://visionspodcast.fr/nous-soutenir/   


Pour aller plus loin 


Gabriel Orozco, Lewis Baltz, Sur le globe d’argent de Andrzej Zulawski, July 15th, 4am de December, CNES, Area Books, Amélie Lucas-Gary, Loose Joints, Entorse Magazine, Benjamin Schmuck


Liens 

https://www.instagram.com/mariequeau/ 

https://www.mariequeau.com/ 


https://www.instagram.com/podcastvisions/   

https://www.visionspodcast.fr/   

Description

Chaque vision est singulière, porteuse de sens et de changement. Le but de ce format est de rassembler de nombreux artistes et que chacun nous délivre sa vision et son expérience de la photographie.

   

Une petite voix enjouée mais convaincante, au débit rapide et saccadé, le tout accompagné par la musique électronique du compositeur et musicien December. Dès le début du podcast, la description d’une première image nous plonge instantanément dans un univers étrange et « différent ». On préfère vous prévenir, pour écouter ce passionnant Vision #22, il faudra garder l’esprit alerte. Les pensées de l’artiste-photographe Marie Queau sont rapides et fluctuantes, elles fourmillent pour notre plus grand plaisir ! 

  

Avec une formation littéraire et une passion pour la danse, le rapport au corps et à la musique a été présent dès le départ pour l’artiste. Marie Queau choisit le médium photographique comme moyen de « cadrer ce qui déborde dans sa tête ». Diplômée de l’ENSP d’Arles en 2009, elle construit aujourd’hui des projets dont l’approche peut parfois sembler paradoxale — à la fois très ancrée dans le réel mais aussi « à l’écart », inspirée par l’imaginaire collectif et la science-fiction. L’univers, immersif, est souvent sombre, inquiétant et presque étouffant.  

  

Dans ce podcast, nous parlons spécifiquement de deux séries. La première, Odds and ends, est une enquête qui regroupe environ 90 images, débutée le 13 février 2013 à Châteauroux et qui s’achève le 18 novembre 2018 à Kourou, en Guyane. Elle se présente comme une investigation photographique des signes de la fin du monde. Sans présence humaine, trois éléments (le vent, la terre et le feu) ont guidé Marie Queau dans la construction de cette fable. Comme elle l’explique, « le temps est volontairement suspendu pour assourdir la vie. » Cette série a fait également l’objet d’un magnifique livre publié chez Area Books.  

  

Le Royaume, quant à lui, est un projet très « plastique », qui dresse le portrait d’une communauté imaginaire. Il y a cette fois-ci une présence humaine récurrente, même si elle incarnée de manière singulière, surtout par le biais de détails, de textures, de gestes et de formes. Le réel, ici une course dans la boue, est la matière première pour créer cette fiction, un monde rêvé teinté de magie et de rituels. Ces corps sont traversés par un passé qui nous déstabilise car il rappelle des temps lointains (le Moyen Âge, la Renaissance) ou même les corps pétrifiés de Pompéi. Le lien se fait avec le rapport très particulier de la photographe avec la ruine, vestige d’un passé, d’un temps suspendu. 

 

En périphérie de ces deux projets, plusieurs sujets sont abordés avec Marie Queau : son rapport à la narration et ses photographies réalisées sur un temps long, en y ajoutant des éléments au fur et à mesure, comme un puzzle. Il est évoqué également son rapport à l’esthétique. Ce mélange d’images en noir et blanc et en couleur, qui pourtant n’enlève rien à l’unité globale. Des couleurs non saturées, presque pâles, un noir et blanc assez doux, tirant vers le gris. Enfin, nous parlons également de son approche du livre et de son rapport à la musique, notamment de la collaboration avec December


Essayez gratuitement Lightroom pendant 7 jours : 


http://urlr.me/HbxDw


Nous soutenir 


https://visionspodcast.fr/nous-soutenir/   


Pour aller plus loin 


Gabriel Orozco, Lewis Baltz, Sur le globe d’argent de Andrzej Zulawski, July 15th, 4am de December, CNES, Area Books, Amélie Lucas-Gary, Loose Joints, Entorse Magazine, Benjamin Schmuck


Liens 

https://www.instagram.com/mariequeau/ 

https://www.mariequeau.com/ 


https://www.instagram.com/podcastvisions/   

https://www.visionspodcast.fr/   

Share

Embed

You may also like